Guinée: Les secrets de la réussite de Guineematin - Nouhou Baldé dit tout à Aminata.com

4 Décembre 2019
interview

Journaliste professionnel et aguerri, Nouhou Baldé est administrateur général du site d'informations général www.guineematin.com. Lancé en juillet 2013, ce portail d'information s'est imposé cinq ans plus dans le paysage médiatique guinéen. Récemment, le site a décroché deux prestigieux.

Une distinction qui place Guineematin parmi les 50 entreprises les plus performantes et premier dans la catégorie presse en ligne. Interrogé au cours d'un entretien à bâton rompu, son fondateur, Nouhou Baldé a répondu aux questions de votre quotidien en ligne, Aminata.com. Lisez.

Monsieur Baldé, votre site d'information Guineematin.com vient de rafler deux prestigieux prix, le prix de meilleur site d'informations et le trophée des cinquante entreprises les plus performantes en Guinée. Tout d'abord quelle a été votre première impression quand on vous a annoncé les bonnes nouvelles ?

Honnêtement ça été une surprise. C'est une lettre qui m'est arrivée comme toutes les lettres qu'un responsable de média reçoit dans sa rédaction. J'avais pensé à une couverture. Un de mes collaborateurs est venu accompagner un Monsieur.

Il m'a expliqué que c'est la COPE-Guinée qui a envoyé la lettre. Et le Monsieur nous a expliqué qu'on avait été plutôt distingué comme étant le meilleur site, donc, l'entreprise de presse la plus performante en matière de presse en ligne.

Aller dans une salle où se trouvent les meilleurs entrepreneurs du pays, figurer parmi les 50 de la République, c'est un motif de fierté, de soulagement de savoir que le travail qu'on fait tous les jours est reconnu ailleurs et donc récompensé par des compatriotes. Ça fait plaisir.

A moins de cinq ans de sa création, Guineematin s'impose dans le paysage médiatique guinéen. Et c'est un exploit qui n'est pas donné à tout le monde. Quels sont les axes qui vous avez abattu pour y parvenir ? En un mot quels sont vos secrets ?

Vous avez parfaitement raison que le parcours n'est pas si long que cela si on compare avec nos confrères qui sont sur place.

On est arrivé il n'y a que 5 ans mais je dois vous dire quand même qu'il y a eu un très important investissement. Un investissement énorme sur ce site. J'ai pu vous dire que les montants injectés pour le développement de ce site ont rarement été mis dans un organe de presse en ligne, ça j'ai pu le dire.

Mais, c'est un engagement personnel parce que comme vous le savez on a fait le terrain ensemble, c'est une passion pour moi de faire le journalisme.

Les médias en ligne j'en ai pratiqué ailleurs et j'ai cru avoir une expérience, je me suis dit qu'il y a un potentiel à exploiter mais comme vous le savez sans doute, on ne peut rien avoir si on ne met pas les moyens. Je peux vous dire à mon avis que le secret le plus qu'on a fait ici à Guineematin c'est mettre un peu plus des moyens.

Je sais que ça se fait ailleurs mais j'ai pu vous assurer que personne n'a mis autant d'argent pour développer son site comme on l'a fait. Je sais de quoi je parle. Je sais qu'on a mis énormément d'argent.

Votre professionnalisme a aussi largement joué quand même

Oui absolument ! Je pense qu'on a tenu compte de ce que les lecteurs aimeraient voir. Je sais qu'on s'est entouré aussi des professionnels. J'ai des confrères qui sont venus nous rejoindre pour nous aider à professionnaliser tout.

Je ne dis pas que je suis le seul qui édicte les lignes, je tiens compte de ce qu'on me dit. Je me fais entourer des gens et j'essaie de les écouter, d'essayer autant de faire que peu d'appliquer les conseils, les recommandations que les uns et les autres me donnent.

Durant ce parcours, quels ont été les difficultés ?

Les difficultés, les obstacles, je pense que la première des difficultés c'est d'avoir les ressources nécessaires.

C'est très difficile d'avoir des journalistes compétents, c'est extrêmement difficile. Deuxièmement, c'est les moyens. Je pense que très souvent on a l'impression qu'en mettant 100 millions ; 200 millions ; 300 millions vous avez tout de suite un résultat.

Quand vous consultez parce que moi j'ai fait plus d'un an d'étude de terrain au-delà de mon expérience personnelle j'ai échangé avec des entrepreneurs y compris avec les radios, vous pensez qu'en deux ans, trois ans vous rentabilisez alors que ce n'est pas le cas.

Vous devez fermer les yeux pour encore essayer de développer votre entreprise. Donc, c'est d'abord les ressources humaines ensuite c'est le fait qu'il n'y a pas de marchés. Malheureusement le peu qu'on a est très difficile à avoir.

Quelles sont vos prochaines ambitions ?

Nos prochaines ambitions c'est d'abord essayer de mériter ce prix, de nous maintenir. C'est peut-être bien entendre que les gens disent que vous êtes bons mais s'assurer que vous l'êtes réellement, faire le travail pour le fait que vous êtes récompensés de façon professionnelle, c'est un peu notre ambition de nous maintenir et de nous développer à nouveau.

Pour ceux qui vous connaissent savent que vous avez une forte passion pour le journalisme. Après Guineematin, est-ce qu'on peut s'attendre à ce que l'aventure vous mène à la radio et à la Télévision surtout que vous aimez beaucoup les vidéos ?

On s'est lancé avec ça [les vidéos]. Vous savez l'une des particularités de notre site c'était ça d'ailleurs. Je crois qu'on peut revendiquer d'avoir été les premiers à faire ces vidéos en ligne et en direct. Quand je lançais le site le 3 juillet 2014 j'annonçais en même temps que les lecteurs pouvaient devenir des téléspectateurs.

C'est une ambition mais qui a été tempérée pendant la progression par les investissements qu'il y a eu au niveau du développement même du site.

Evidemment on a envie d'aller vers d'autres formats mais pour le moment on essaie de nous développer de ne pas nous précipiter parce que comme vous le savez j'ai passé quand même énormément de temps avant de créer.

Je suis resté ailleurs pendant 13 ans, à L'Observateur et à Guineenews avant de lancer le site alors que j'avais des appuis des parents, des frères qui ont un peu des moyens qui sont prêts à investir sur moi, qui m'ont accompagné depuis l'enfance.

Donc, je pouvais depuis un bon moment lancer un organe mais j'ai voulu me préparer suffisamment. Oui on a envie d'aller vers cela mais on veut nous assurer qu'on est totalement prêt pour ne pas être des figurants dans ces autres médias.

Ces derniers temps cette presse fait l'objet régulièrement des attaques venant de tous les bords. Des populistes notamment le Président Alpha Condé et Ousmane Gaoual s'attaquent aux journalistes. Quel regard portez-vous sur cette situation déplorable ?

Je pense que c'est parce que les médias sont performants. C'est parce que les médias commencent à compter. C'est parce que les médias s'imposent qu'il y a ces attaques.

Vous savez quelqu'un qui est incapable de déranger une autre personne ne peut jamais faire l'objet de critique. On nous critique parce que nous dérangeons. Ceux-là qui pensent nous manipuler, nous utiliser et ne trouvent pas en nous des gens un terreau fertile se mettent à nous critiquer.

Vous entendez les gens dire qu'il n'y pas des investigations en République de Guinée, c'est insulter les médias.

C'est insulter les journalistes parce qu'il y a une loi d'accès aux informations publiques qui avaient été promulguées même par le Président de la transition, le général Sékouba Konaté mais qui n'a pas connu la publication au journal officiel de la République.

Cette loi est en train d'être retravaillée pour reprendre le processus. Cela veut dire que les autorités actuelles ne font rien pour promouvoir la liberté de la presse en République de Guinée.

Au contraire, on essaie de torpiller le peu des médias qui essaient de se montrer indépendant. Parlant d'Ousmane Gaoual ou d'autres personnes qui s'attaquent à nous évidemment c'est parce que très souvent on manque d'arguments, on n'a pas les réponses appropriées pour répondre à une attaque qu'on s'en prend à l'auteur de l'article.

C'est pour cela qu'on s'attaque à celui-là qui fait le relai de cette information. Ils se mettent à attaquer le journaliste. Je pense que même dans la vie associative, dans la vie politique et ailleurs, souvent c'est ceux qui dérangent qui sont victimes d'attaques.

Je crois que ça ne doit pas nous frustrer au contraire ça doit nous galvaniser, ça doit nous amener à persévérer dans ce qu'on fait et savoir que oui on est en train d'être lus, on est en train d'impacter sur la vie de ces gens qui n'applaudissent sur tout ce qu'on fait. Evidement on ne cherche pas à nous faire applaudir à tout bout de champ, on essaie de marquer notre présence et de dire ce qu'on croit être vrai.

Je pense que c'est ce que les journalistes de notre pays essaient de faire. Evidemment il y a des erreurs, il y a des fautes comme partout vous allez voir des imams qui sont pris dans des situations disons pas du tout honorables.

Vous voyez des responsables administratifs en train de subir des procès parce qu'ils se sont mis dans des positions. On est tous des Guinéens. Il y a des citoyens qui sont dans les médias qui peuvent avoir la mauvaise foi, qui peuvent faire mal leur travail.

Mais, il ne suffit pas de trouver une personne qui se comporte mal pour généraliser et considérer que les médias guinéens ne sont pas responsables. Ce n'est pas vrai. Nous sommes responsables et nous nous battons en longueur de journée de façon professionnelle à faire notre travail.

Pour clore notre entretien, quel appel lancez-vous à ces millions de personnes qui lisent Guineematin ?

D'abord permettez-moi de vous remercier puisque vous dites que ça va être la dernière question, de remercier Aminata.com de nous ouvrir ses colonnes.

Ce n'est pas fréquent de voir un confrère se réjouir du prix d'un autre confrère et de lui tendre le micro, c'est une grandeur d'âme de votre part et nous vous en remercions.

Aux lecteurs de Guineematin.com nous vous remercions parce que c'est grâce à eux qu'on occupe cette position et nous promettons qu'on va se battre au maximum pour mériter cette confiance. Et nous continuerons à donner le maximum de nous-même pour les satisfaire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.