Seychelles: La Commission de l'océan Indien adopte une nouvelle plateforme pour faciliter les échanges commerciaux de produits agroalimentaires

Les membres de la Commission de l'océan Indien (COI) ont décidé de créer une plate-forme pour faciliter les échanges commerciaux de produits agricoles entre ses États membres.

Des représentants des États membres de la COI et de ses partenaires, notamment l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Fonds international pour le développement de l'agriculture et de l'alimentation (FIDA), se sont réunis mardi pour discuter des progrès de PRESAN.

PRESAN - le programme régional pour la sécurité alimentaire et la nutrition de la Commission de l'océan Indien, soutenu par la FAO - a été lancé aux Seychelles en mars de cette année.

Outre son aspect commercial, la plate-forme servira également à mobiliser des ressources en termes de soutien des donateurs ainsi que de projets visant à soutenir le secteur de l'agriculture dans l'océan Indien.

Antoine Moustache, secrétaire principal à l'agriculture et coordonnateur de l'initiative PRESAN aux Seychelles, a déclaré que la plate-forme aidera davantage PRESAN à atteindre ses objectifs.

"C'est pour satisfaire les besoins alimentaires et nutritionnels de la région, ainsi que pour promouvoir des habitudes saines en matière de consommation alimentaire, réduire les impacts environnementaux et économiques négatifs des importations à longue distance, ainsi que sensibiliser et mieux comprendre les problèmes de sécurité alimentaire dans l'océan Indien", a expliqué M. Moustache.

M. Moustache a déclaré que la plate-forme sera basée à Madagascar, où il y a un bureau qui fait office de point central pour PRESAN.

"Notre aspiration est de voir tous nos produits en provenance de notre région, car nous savons que l'océan Indien a le potentiel", a expliqué M. Moustache, ajoutant: "dans le contexte des Seychelles, par exemple, nous pouvons voir des oignons et des pommes de terre provenant de Madagascar au lieu de l'Inde, et ce sera plus proche et moins cher. "

Mais M. Moustache a admis qu'il y avait de nombreux défis à venir: "Il n'existe aucun navire offrant un service de fret à cette fin dans la région, pas encore."

De plus, certains membres du CIO ne sont pas totalement conformes aux normes de base et internationales relatives à la réglementation en matière de santé et de biosécurité pour l'exportation de produits alimentaires.

Le secrétaire général du CIO, Hamada Madi, a souligné dans son allocution d'ouverture que la région avait beaucoup de potentiel, en particulier Madagascar, une grande île avec de nombreuses zones fertiles.

M. Madi a ajouté que "PRESAN offre un cadre de coopération adapté pour atteindre l'objectif de développement durable numéro deux" zéro faim "qui vise non seulement à éradiquer la faim, mais également à améliorer l'accès à une alimentation saine. La COI et ses partenaires, la FAO et le FIDA soutiennent les membres à regagner leur souveraineté alimentaire ".

M. Madi a en outre expliqué que "nos îles, en particulier les Seychelles, sont des importateurs nets de produits alimentaires et agricoles, souvent de pays lointains. Cette dépendance à l'égard des importations entraîne des coûts alimentaires parfois élevés, une vulnérabilité aux prix mondiaux ainsi qu'une importante empreinte carbone", a conclu M. Madi en ajoutant "et pourtant, l'océan Indien est capable de produire suffisamment d'aliments de qualité pour nourrir la population".

Des représentants de Maurice, de la Réunion (département français de l'océan Indien), des Comores, de Madagascar et des Seychelles (115 îles de l'océan Indien occidental) ont assisté à la réunion.

Les Seychelles exercent actuellement la présidence de la Commission de l'océan Indien.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.