Cameroun: Crise anglophone - Echanges de tirs à Mmen - Bafmeng

4 Décembre 2019

Des échanges de tirs ont été entendus ce mercredi matin à Mmen- Bafmeng, localité du Cameroun située dans la commune de Zhoa (Fungom), dans le département de Menchum, Région du Nord-Ouest, après une tentative d'infiltration d'hommes armés, a-t-on appris de sources concordantes.

Depuis ce matin, nous entendons des coups de feu à Mmen- Bafmeng. Il y a eu une tentative d'infiltration, et des coups de feu sont tirés", qui ont baissé d'intensité après 02 heures, a déclaré à camer.be une autorité traditionnelle du village, joint par téléphone.

"Une voiture 4X4 , immatriculée au Nigeria avec des gens armés à bord, a tenté de rentrer par force à Mmen- Bafmeng tôt ce matin. Et les gendarmes de la brigade de Mmen-Bafmeng ont riposté", a affirmé une source sécuritaire camerounaise sur place. "Actuellement, la situation est maîtrisée et nous n'avons enregistré aucun cas de blessure mais, quelques dégats sur notre voiture de patrouille", a-t-elle confirmé.

Selon plusieurs témoins, des échanges de tirs à l'arme automatique émaillés de détonations d'armes lourdes ont commencé dans les quartiers Metta et Bamenda road entre 8 h et 10 h dans la journée et ont duré pratiquement deux heures avant que les assaillants ne battent retraite

Selon une population locale, cette voiture est venue de Sankwala, ville Nigériane et frontalière

C'est la première fois que des échanges de tirs ont lieu dans des quartiers du village Mmen-Bafmeng, quadrillée par un grand nombre de militaires depuis le début de la crise anglophone, fin 2016. Celle-ci s'est muée fin 2017 en conflit armé.

Dimanche dernier, un avion de la compagnie aérienne camerounaise Camair-co a essuyé des tirs au moment de son atterrissage à l'aéroport de Bamenda dans le nord-ouest du pays. La compagnie aérienne n'a pas donné de précisions sur l'origine des tirs.

Dans les deux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les combats sont devenus quasi quotidiens entre les forces de sécurité camerounaises et des hommes armés se réclamant de "forces de restauration" d'un Etat anglophone qui avait brièvement vu le jour entre les deux guerres mondiales, sous mandat britannique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.