Libye: Situation tendue dans la capitale entre des milices proches d'el-Sarraj

Des bâtiments détruits, à Tripoli, la capitale de la Libye.

En Libye, la guerre civile entre dans son neuvième mois, une guerre qui oppose Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est libyen aux milices de Tripoli qui soutiennent le gouvernement d'union nationale dirigé par Fayez el-Sarraj. Mercredi, de nouveaux accrochages ont eu lieu au centre de la capitale Tripoli. Ces affrontements ont opposé deux milices fidèles au gouvernement d'Union nationale, quand des miliciens ont fait irruption ce mercredi au ministère des Finances.

Ce n'est pas la première fois que des milices fidèles au gouvernement de Fayez el Sarraj se heurtent entre elles à Tripoli. Bien au contraire, ce genre d'incident est devenu systématique dans une Libye en proie au chaos depuis 2011.

L'identité précise des assaillants reste indéfinie, mais visiblement c'est le ministère de Finances qui a été visé. Des éléments armés y ont fait irruption et ont réclamé le ministre Faraj Boumattari qui était absent.

Haftar se renforce

Selon une source au sein du Conseil présidentiel, les assaillants ont profité d'une manifestation qui avait lieu devant le ministère. Des parents de « martyrs » tombés durant la bataille de Tripoli réclamaient des salaires en retard. C'est à cette occasion que les assaillants ont fait irruption.

Selon des témoignages d'employés du ministère, les hommes armés n'ayant pu trouver le ministre, ont confisqué les armes des gardes puis se sont retirés, emportant avec eux plusieurs véhicules blindés dont celui du Premier ministre Fayez el-Sarraj.

Mercredi, les forces de Haftar ont reçu de nouveaux matériels et ont renforcé leurs positions au sud de la capitale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Libye

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.