Madagascar: Résilience aux aléas naturels - La norme de construction de bâtiment en vigueur

Le décret fixant la norme n'ayant pas d'effet rétroactif, son application aux anciennes constructions est laissée aux « libre choix et réflexion de leurs propriétaires ».

« La norme nationale de construction de bâtiments résistant aux aléas naturels est le renforcement de la règle de construction para cyclonique lancée en 2010. Un aboutissement des efforts menés depuis et qui entend sécuriser, outre la mise aux normes, des bâtiments malgaches ». Propos lancés par le général de brigade aéronavale Mamy Nirina Razakanaivo, secrétaire exécutif de la Cellule de Prévention et Gestion des Urgences (CPGU), lors d'une conférence de presse organisée à Anosy hier et donnant quelques éléments clés sur la norme de construction de bâtiment résistant aux aléas naturels récemment décrétée. Ainsi, l'instrument juridique entend être une « référence unique » adaptable à toutes les réalités malgaches, d'un côté.

Mais surtout, un renforcement de la résilience des infrastructures aux aléas climatiques, de l'autre. « Ainsi, le décret N°2019-1957 fixant la norme nationale de construction de bâtiment résistant aux aléas naturels a une portée nationale et s'applique aux constructions en cours conformes aux lois et règlements en vigueur qui lui sont antérieurs » d'après les explications de Harimanana Rabe, Directeur général de l'Aménagement du Territoire. Touchant particulièrement les bâtiments intermédiaires, c'est-à-dire ceux à rez-de-chaussée plus deux étages (R+2) ou ceux seulement à rez-de-chaussée.

Défi. De portée nationale, la nouvelle norme devrait être appliquée par tout Malgache ou étranger résident à Madagascar qui prévoit de construire un « bâtiment intermédiaire ». Interrogé sur les mesures devant permettre d'asseoir le respect de ladite norme, Felana Olisoa, directeur du développement des villes et des habitats auprès du ministère de l'Aménagement du territoire, de l'Habitat et des Travaux publics d'orienter l'attention sur « la modalité d'octroi des permis de construire ». « Une personne désireuse de construire un bâtiment devrait suivre à la lettre les exigences de la norme si elle espère se voir délivrer un permis de construire » explique Felana Olisoa. Etant donné son caractère public, un immense travail de communication devrait être initié par les autorités responsables pour faciliter une adhésion de la population cible à la norme.

De son côté, le CPGU entend organiser des formations dont les bénéficiaires seront des entreprises ou encore des bureaux d'études dans les régions du pays. La population, quant à elle, devrait attendre la vulgarisation du guide de construction. On ignore encore comment et quand cela va se faire.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.