Congo-Brazzaville: Paiement de la dette intérieure - Les négociations enclenchées avec le gouvernement rassurent

Le collège des syndicats patronaux du Congo a échangé, le 4 décembre à Brazzaville, avec les responsables de la Chambre de commerce autour de la sempiternelle question d'apurement de la créance des opérateurs économiques. Il ressort de cette rencontre que les pourparlers enclenchés avec le gouvernement avancent avec satisfaction.

Le collectif des syndicats patronaux, conduit par son président, El Hadj Djibril Abdoulaye Bopaka, et la Chambre de commerce, d'industrie, d'agriculture et des métiers de Brazzaville, ont débattu du processus de paiement par l'Etat de la datte due aux opérateurs économiques.

Le montant global de cette créance n'a pas été communiqué, mais depuis quelques années, les investisseurs nationaux réclament à l'Etat le paiement des centaines de milliards francs CFA. Cette dette est classée en deux catégories, à savoir celle liée au sinistre du 4 mars 2012 et la dette intérieure commerciale.

Les débats entre les deux parties ont aussi porté sur les détails du dossier impliquant, entre autres, la publication des derniers audits réalisés par deux cabinets spécialisés. Les résultats de ces audits devraient permettre au gouvernement de constituer un vrai fichier d'opérateurs économiques, d'évaluer le montant exact de la dette afin d'arrêter un plan d'apurement.

« Nous avons traité des questions portant, par exemple, sur l'audit dont nous attendons jusqu'à ce jour les résultats, parce qu'il figure parmi nos préalables. Le gouvernement nous propose la décote sur les créances qui seront retenues. Nous avons accepté le principe mais avons refusé les montants proposés », a fait savoir El Hadj Djibril Abdoulaye Bopaka.

Dans les détails, le président du collectif a précisé à la presse que les négociations amorcées depuis un moment concernent aussi les modalités de paiement de la créance. L'Etat, selon lui, devrait prendre en compte la question de la fiscalité mais aussi celle des dettes que les opérateurs ont accumulées auprès des banques et de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS).

Une fois que tous ces paramètres seront vus et éclaircis, a-t-il martelé, les deux parties s'entendront enfin sur la mise en place d'un plan d'apurement de cette dette.

« Les opérateurs économiques ont attendu plus de vingt ans, aujourd'hui, nous avons de grandes responsabilités vis-à-vis de la fiscalité, des banques et de la CNSS. Dans les négociations, le gouvernement doit prendre tous ces paramètres : les montants, la manière de rembourser les banques mais aussi le plan d'apurement, afin que les opérateurs économiques ne soient pas perdants », a souhaité El Hadj Djibril Abdoulaye Bopaka.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.