Sénégal: Saint-Louis - Le budget 2020 du SERRP arrêté à plus de 2,989 milliards CFA

Saint-Louis — Le budget 2020 du projet Relèvement d'urgence et de résilience à Saint-Louis (SERRP), arrêté à 2 milliards 989 millions 250 mille 245 francs CFA, a été validé mercredi par les membres du comité régional de pilotage dudit projet destiné au relogement provisoire des sinistrés et impactés de la Langue de Barbarie.

Le SERRP enregistre ainsi une baisse de 41 pour cent de son budget par rapport à l'exercice 2019.

Selon Idrissa Camara, directeur administratif et financier de l'agence de développement municipal (ADM), ce projet est mis en œuvre en deux phases, dont une première portant sur "le relogement provisoire de 631 sinistrés, à travers des unités mobiles".

M. Camara assure que le relogement provisoire va se poursuivre, la mairie de Gandon, une commune située à proximité de Saint-Louis, ayant mis à la disposition du projet, des superficies devant permettre de "reloger 800 autres personnes".

"Il y aura enfin la deuxième phase pour relogement définitif de ces personnes, dans des habitations construites en dur, avec un cadre adéquat, doté d'infrastructures de base, école, poste de santé, entre autres", a-t-il assuré.

A l'en croire, le comité de pilotage régional, depuis son installation, mène des activités annuelles, pour revisiter l'état d'avancement des travaux déjà menés et se projeter sur les projets à venir.

Le directeur de l'ARD, Ousmane Sow, explique que le projet SRRP se veut "une réponse urgente aux problèmes liés aux houles et à l'avancée de la mer qui ont frappé la ville de Saint-Louis" et la Langue de Barbarie en particulier".

Il estime qu'en mettant en place ce projet, les plus hautes autorités du pays ont "prêté une écoute attentive aux doléances et préoccupations des sinistrés" victimes de l'érosion côtière à Saint-Louis.

L'objectif du projet Relèvement d'urgence et résilience à Saint-Louis, est de "réduire la vulnérabilité aux risques côtiers des populations de la Langue de Barbarie et renforcer la planification de la résilience côtière à Saint-Louis, confrontée aux aléas de la brèche".

En 2003, une importante crue du fleuve inondait la ville de Saint-Louis. Afin d'évacuer cette eau vers la mer, un canal de délestage de 4 mètres de large est ouvert dans la Langue de Barbarie, à quelques Km au sud de la ville, capitale nord du Sénégal.

Un mois plus tard, sous la pression combinée du fleuve et de la mer, cette brèche s'est élargie de plus de 600 mètres. Elle fait aujourd'hui plusieurs kilomètres, et est devenue la nouvelle embouchure du fleuve Sénégal.

La Langue de Barbarie est une étroite bande de sable de quelques centaines de mètres de large sur 30 km de long, que longe le fleuve Sénégal avant de rejoindre l'océan Atlantique plus au sud.

Au nord de cette flèche sableuse, se trouve la ville de Saint-Louis, ancienne capitale de l'Afrique occidentale française, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2000.

Historiquement située sur une île fluviale (pour la partie coloniale) et sur une portion de la Langue de Barbarie (pour les quartiers de pêcheurs), Saint-Louis est la ville la plus menacée d'Afrique par la montée des eaux.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.