Maroc: La résilience de l'agriculture paysanne face aux changements climatiques

Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a annoncé récemment avoir initié avec le Maroc un nouveau projet de développement agricole dénommée PRODER-Taza en faveur de la résilience de l'agriculture paysanne face aux changements climatiques.

D'un montant de 82,6 millions d'euros, le nouveau projet de développement rural intégré en zones de montagne du pré-Rif de Taza sera cofinancé par le FIDA, qui versera un prêt de 31,9 millions d'euros ainsi qu'un don de 0,6 million d'euros, par l'État marocain, à hauteur de 43,6 millions d'euros, et par les bénéficiaires, à hauteur de 6,5 millions d'euros.

Signé le mercredi 3 décembre dernier à Rome, par le président du FIDA, Gilbert F. Houngbo, et par l'ambassadeur du Royaume du Maroc en Italie, Youssef Balla, PRODER-Taza contribuera à faire progresser la productivité et les revenus de 11.200 ménages vulnérables touchés par les changements climatiques», a indiqué le Fonds dans un communiqué.

Il permettra de renforcer la résilience des petits agriculteurs de la province de Taza, où dominent l'agriculture de subsistance et la production de cultures non irriguées », a ajouté le FIDA.

«Le nouveau projet de développement rural intégré en zones de montagne du pré-Rif de Taza vise à mettre en place un modèle d'arboriculture fruitière qui soit résilient et adapté à des périodes de sécheresse et à des températures plus élevées, le but étant de diversifier le modèle actuel, fondé sur la céréaliculture », poursuit la même source.

Selon le FIDA, environ 9.800 hectares d'amandiers, 1.000 hectares de figuiers et 600 hectares d'oliviers seront plantés. Parallèlement, d'anciens vergers d'amandiers seront réhabilités par greffage et 33.000 hectares de terres cultivées seront protégés de l'érosion dans le cadre dudit projet.

« Développer de manière durable les filières amande, figue, olive et miel permettra de faire progresser les revenus des ménages de petits exploitants », a assuré le Fonds international de développement agricole dans son communiqué. A noter que ce projet sera mis en oeuvre dans les zones rurales de Tainaste et d'Aknoul, fortement touchées par la pauvreté et très vulnérables face aux changements climatiques.

Soulignons également que, dans le cadre du PRODER-Taza qui ciblera en priorité les petits exploitants pauvres et vulnérables, particulièrement les femmes et les jeunes qui compteront chacun pour 40% des bénéficiaires, le FIDA a également annoncé que « des routes de campagne seront remises en état afin d'améliorer l'accès aux marchés et de réduire les coûts de transport ».

Par ailleurs, 100 microentreprises situées dans les zones rurales les plus pauvres recevront un appui en vue de créer des emplois pour les jeunes et les femmes, a affirmé l'institution financière internationale.

Pilier de l'économie marocaine, le secteur agricole représente 13% du produit intérieur brut et génère 85% des emplois dans les zones rurales. Mais pour le FIDA, « ce secteur est particulièrement vulnérable face aux effets des changements climatiques, ce qui fait peser des risques sur les petits exploitants ». D'où l'intérêt de ce projet qui, selon Naoufel Telahigue, chef de pôle et directeur de pays pour le Maroc, était aligné sur les priorités du Maroc de réduction de la pauvreté et de sécurité nutritionnelle et alimentaire tout en répondant aux besoins des femmes et des jeunes.

Un projet qui « s'inscrivait dans le cadre du programme d'options stratégiques pour le pays et qu'il serait mis en oeuvre conformément à la stratégie nationale de développement des zones de montagne prévue dans le Plan Maroc vert », ajoute-t-il.

Pour rappel, depuis 1979, le FIDA a financé 15 programmes et projets de développement rural au Maroc, pour un montant total de 1,7 milliard d'USD, dont 301,8 millions d'USD apportés par le FIDA.

Ainsi qu'il le souligne dans son communiqué, ces projets ont permis d'améliorer directement les conditions de vie de près de 730.000 ménages ruraux.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.