Burkina Faso: Plateau central - Les opportunités de financement expliquées aux acteurs économiques

5 Décembre 2019

La Délégation consulaire régionale de la Chambre de commerce et d'industrie du Plateau central a organisé, du 20 au 22 novembre 2019 à Ziniaré, les 72 heures de facilitation des affaires.

La Chambre de commerce et d'industrie travaille à sensibiliser les acteurs économiques du Burkina aux opportunités de financement et à la fiscalité. Dans ce sens, sa délégation consulaire régionale du Plateau central a organisé 72 heures de facilitation des affaires en vue de mieux informer les acteurs.

Pour son président, El hadj Hamadou Sawadogo, les objectifs de cette activité sont, entre autres, de donner plus de visibilité aux actions de l'institution, de renforcer les capacités des acteurs économiques ainsi que la cohésion entre les opérateurs économiques et les partenaires locaux de la région.

«La Chambre de commerce et d'industrie du Burkina Faso s'est engagée désormais dans une dynamique d'offre de services de proximité aux opérateurs économiques dans toutes les régions du Burkina, en vue de bâtir une économie locale, dynamique et prospère», a-t-il indiqué.

Pour preuve, Hamadou Sawadogo a cité les sessions d'informations, de sensibilisation et de formation organisées par la structure qu'il dirige. Pour lui, la Chambre de commerce et d'industrie du Burkina a pour ambition d'offrir des services structurants aux acteurs économiques de la région.

«C'est une illustration de la volonté des autorités consulaires dont l'un des objectifs est de répondre aux préoccupations des acteurs du secteur privé régional», a ajouté El hadj Sawadogo.

Tout en saluant l'engagement des partenaires financiers, il les a invités à travailler en synergie pour répondre efficacement aux attentes du secteur privé de la région. «La question de financement est l'un des problèmes les plus récurrents des entreprises de notre région. A cela, s'ajoute celui des impôts qui revient sans cesse dans les discussions» a-t-il relevé.

Se rapprocher des services des impôts

Des conférences sur les conditions d'accès aux financements, la fiscalité des entreprises, la loi des finances, la permanence consulaire, la promotion des femmes dans les domaines de la soudure, de la mécanique et de la tôlerie et des informations sur la Chambre consulaire ont occupé une place de choix au cours des 72h.

Ces conférences ont été animées par des responsables d'institutions financières tels Ecobank Burkina, des fonds nationaux de financements et de la caisse populaire du Plateau central.

Elles ont permis aux acteurs économiques locaux, selon Hamadou Sawadogo, de s'approprier les conditions d'accès aux financements et des opportunités à saisir. Toutefois, ceux-ci ont indiqué que des préoccupations plombent souvent les initiatives.

Il s'agit des conditions d'imposition et de recouvrement, du coût de formalisation des entreprises, du redressement fiscal et du rôle de la brigade de vérification des impositions.

A cela, les conférenciers ont apporté des réponses. Par ailleurs, ils ont suggéré aux acteurs économiques de la région de toujours se rapprocher des services des impôts, en cas de difficulté afin de trouver des solutions.

Ces 72 heures de facilitation des affaires du programme d'activités de la délégation consulaire régionale ont pris fin par la visite d'ateliers de mécanique, de soudure et de tôlerie de jeunes filles entrepreneures et une journée de salubrité au marché central de Ziniaré.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.