Cote d'Ivoire: Spectacle "Tu m'as cherché, tu m'as trouvé" du Djély Théâtre d'Abidjan - Gbi de Fer réconcilie les ivoiriens avec le théâtre

5 Décembre 2019

Remettre d'aplomb le théâtre ivoirien ! Telle est l'une des ambitions caressées par Kouya Gnépa alias Gbi de Fer. En prenant le pari de célébrer les 25 ans de vie du Djély Théâtre, le 19 novembre dernier au palais de la Culture de Treichville, Gbi de Fer avait à cœur de montrer que le théâtre ivoirien reste encore en bonne place dans le cœur des aficionados.

Et ce fut un véritable pari réussi avec la mise en scène de la pièce « Tu m'as cherché, tu m'as trouvé ». Au nombre des maîtres du théâtre populaire en Côte d'Ivoire, Gbi de Fer et sa mythique troupe, le Djély Théâtre, ont savamment imprimé le cachet satirique à la pièce par le truchement de laquelle ils ont dénoncé certaines tares de la société ivoirienne du moment. Aussi ont-ils mis à nu certaines antivaleurs et les difficultés sous le poids desquelles croulent encore des populations africaines.

Naturellement, par le jeu des acteurs et par des mots chocs, ils ont su porter la cognée aux maux dont la société ivoirienne et africaine doivent se dépouiller pour la cohésion et la bonne marche du mieux-vivre ensemble dans l'Etat nation.

Ce jour-là, c'est dans le décor d'un « palais présidentiel » que la pièce s'ouvre avec Gbi de Fer, le maître des lieux, et son compère Jimmy Danger, une personnalité influente du palais.

Au nombre des questions abordées, se trouve celle du rapport des populations locales à l'aménagement du territoire.

Et c'est Prince Bill qui, campant le rôle de chef de village Dan (peuple de l'Ouest montagneux de la Côte d'Ivoire), se plaint de la destruction des mares et marécages, avec la construction de routes et de ponts, par l'actuel président ivoirien, dans leur région. « Le drame dans tout cela, c'est le bruit des machines qui fait fuir les grenouilles et nous n'avons plus rien à manger »

Cela suffisait pour que des éclats de rires fusent de la salle. Lorsque Gbazé Thérèse fait son apparition sur la scène, au moment où Prince Bill vocifère pour exprimer ses plaintes, Gbi de Fer prend son binôme Jimmy Danger et le public à témoins : « Voilà, regardez, elle c'est une femme Guéré (peuple de l'Ouest).

Les Guéré aiment palabre ! C'est quelle idée d'entrer chez les gens matin de bonne heure en chantant ? » Par ces propos, Gbi de Fer lève ainsi un coin de voile sur les clichés que l'Ivoirien lambda dit de l'autre peuple, tout juste pour plaisanter : « les parentés à plaisanterie » ou « les alliances interethniques ».

L'autre sujet abordé par la pièce, c'est la question de l'adéquation formationemploi qui reste un casse-tête chinois commun à tous les pays africains.

Dans le jeu, c'est le jeune acteur Bassamouka, qui campe le rôle du jeunehomme titulaire d'un "Phd", aux EtatsUnis, et qui, une fois rentré au pays, débarque à la présidence de la République en quête d'un premier emploi. Gbi de Fer et Jimmy Danger son acolyte ne sont pas tendres avec Bassamouka : « Petit, ton diplôme est trop gros !

Nous on ne peut pas te payer ici. Est-ce que tu ne peux pas diminuer un peu ? », rétorque Jimmy Danger au jeune-homme, tout en lui jetant à la figure : « Tu n'es pas le premier titulaire de Phd dans ce pays et tu fatigues les gens.C'est ce que vous faites, on va t'embaucher demain, c'est pour chercher à prendre notre place ! »

Des noces d'argent sous le sceau des retrouvailles Outre la satire de la société, Gbi de fer et ses amis ont permis au public de revoir, sur les planches, des acteurs majeurs du 6ème art. C'est le cas de Diallo Ticauaï Vincent qui a d'ailleurs, pris possession de la scène avant que le Djély Théâtre ne joue sa partition.

Avec sa diction et son timbre vocal, qui lui sont particuliers, le patron du Soleil de Cocody (nom de sa troupe) a, via un mono théâtre, fait un bref historique du théâtre ivoirien.

Il a cité certaines figures de proue qui ont écrit, en lettres d'or, le parcours du théâtre au bord de la lagune Ebrié : Bitty Moro, Niangoran Porquet, Adjé Daniel, Antoine Soudé (M. Gnionsahé), Bienvenue Néba...

Ce qui a également enchanté le public, c'est d'avoir permis de revoir presque tous les acteurs du Djély Théâtre que ses amis et lui ont porté sur les fonts baptismaux, dans la ferveur culturelle du début des années 90, et portée sous les projecteurs de l'émission "Dimanche Passion" de la première chaîne de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (Rti), produite par Barthélémy Inabo.

Eh bien, cette bande de joyeux lurons était conduite par un chef de troupe reconnu par un fusil en bandoulière qui ne le quittait jamais, dont la renommée est venue de son art d'allier le ludique et le didactique.

Comme un conte de fée, le succès ne tarde pas à consacrer le talent de noms tels que Gbazé Thérèse, Jimmy Danger, Gaston Jupon, Prince Bill, Akoss, Zongo et Tao, un certain Kôkôrê, malheureusement décédé.

Un succès qui ouvrira les portes d'une carrière solo à ces comédiens dont certains sont devenus des idoles des Ivoiriens et d'Africains, dans des productions cinématographiques.

25 ans après des fortunes diverses, le Djély théâtre d'Abidjan s'est retrouvé, récemment, sur la scène du Palais de la culture Bernard Binlin Dadié d'Abidjan, à Treichville (salle Lougah-Djédjé), pour marquer ses noces d'argent d'une pierre blanche.

Pour ce come-back décliné sous le thème "Tu m'as cherché, tu m'as trouvé", les petits plats ont été mis dans les grands, pour donner un cachet spécial à la fête. Le public, qui a effectué massivement le déplacement, s'en est rendu compte.

Mieux, les inconditionnels, autant de Dimanche Passion que du Djely théâtre d'Abidjan présents ce soir-là et composés majoritairement de femmes, étaient heureux de retrouver des idoles dont la plupart ont pris du volume, avec des ventres quelque peu bedonnants. Le talent, non plus, n'a pas flétri. Il s'est bonifié au fil des années.

Et le public fidèle, qui a assisté à cette pièce montée par Gbi de Fer et ses camarades, peut en témoigner. A preuve, il s'est tordu de rire, du début jusqu'au terme de ce spectacle qui se déroulait dans un décor de palais présidentiel.

Avec pour message, l'amour, la cohésion sociale et la réconciliation, auréolé par un poignant appel à la paix, à moins d'un an de la prochaine élection présidentielle ivoirienne.

Un spectacle de fous rires où le didactique et le ludique se disputaient, qui n'a d'ailleurs laissé personne indifférent. Loin s'en faut.

Ce n'est pas le ministre de la Jeunesse et de l'Emploi jeunes, Mamadou Touré, qui dira le contraire.

Lui qui n'a pas tari d'éloges à l'endroit du Djely théâtre d'Abidjan, véritable école qui a formé une pléthore de comédiens et d'humoristes faisant la fierté de la Côte d'Ivoire, au-delà même des frontières ivoiriennes.

Puis au nom du Premier ministre, ministre du Budget, Amadou Gon Coulibaly, il a remis la somme de 10.000.000 de Fcfa à la troupe, pour tous les services rendus au pays. Avant d'inviter Gbi de Fer et ses amis à être toujours unis et à continuer d'œuvrer pour la paix et la cohésion sociale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.