Madagascar: Contestation électorale - Ravalomanana tente son dernier coup d'affront politique

L'ancien président appelle ses partisans à contester les résultats des dernières élections communales.

Marc Ravalomanana reste égal à lui-même. En 2002, il a pu accéder au pouvoir après une contestation électorale de grande envergure. Après sa défaite lors de la dernière élection présidentielle de 2018, il a aussi appelé ses partisans à se lever pour contester les résultats et défendre leur choix. Des mouvements ont été initiés depuis son QG à Bel'Air mais la décision d'une rétractation a été prise après un long moment de gesticulations. Durant les dernières législatives, ses partisans ont aussi adopté la même stratégie. A l'époque, plusieurs requêtes ont été déposées auprès de la Haute Cour Constitutionnelle mais elles ont toutes été déclarées « azo raisina fa tsy mitombina » par les Juges constitutionnels dirigés par Jean Eric Rakotoarisoa.

Pour ce qui est des élections communales et municipales du 07 novembre dernier, « Ravalo » entend jouer sa dernière carte en prévoyant une mobilisation de ses partisans. Bon nombre d'observateurs estiment en effet qu'il s'agit de son dernier affront pour se maintenir sur l'échiquier politique, mais aussi pour assurer la survie de son parti le « Tiako i Madagasikara ». Aux yeux des observateurs, la défaite subie lors de ces élections communales pourrait marquer le commencement de la fin pour l'ancien parti au pouvoir qui se trouve plus que jamais dans une zone de turbulence.

En outre, le TIM est actuellement frappé par la scission. Faut-il rappeler que lors des dernières élections communales, plusieurs grandes figures du parti ont choisi de soutenir le candidat de l'IRK, Naina Andriantsitohaina. Il faut reconnaître que Tahiry Ny Rina Andriamasinoro, le candidat adoubé par Marc Ravalomanana ne fait pas l'unanimité au sein des « Zanak'i Dada ». A noter cependant que la tension au sein du « Tiako i Madagasikara » a commencé avant les législatives quand « Ravalo » a décidé d'écarter la plupart des ex-députés TIM qui, pourtant, lui étaient restés fidèles même durant la période de traversée du désert de 2009 à 2014.

Confrontation. Quoi qu'il en soit, le clan Ravalo conteste les résultats des dernières communales. Depuis la semaine dernière, l'ancien président appelle ses partisans à se lever pour contester les résultats et « pour combattre l'injustice », selon ses dires. De son côté, son candidat Tahiry Ny Rina Randriamasinoro réclame une confrontation des listes électorales avec celles utilisées lors des élections législatives. « Une démarche illégale et impossible à réaliser », selon le vice-président de la Commission Electorale Nationale Indépendante, Thierry Rakotonarivo. Afin de se préparer à une éventuelle manifestation de rue, des recrutements, ainsi qu'une campagne de sensibilisation sont opérés notamment au niveau des bas quartiers.

La démarche est dirigée, entre autres, par un ancien rugbyman connu comme étant proche d'une députée, ainsi qu'un artiste de renom. Le mardi 03 décembre, ce dernier a réuni à Analakely des policiers municipaux. Reste à savoir si le « Tiako i Madagasikara » bénéficiera d'une adhésion populaire pour cette énième contestation électorale qui se présente comme le dernier coup d'affront pour Marc Ravalomanana.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.