Sénégal: «Certificat d'honneur » du ministère japonais des affaires étrangères - Le Pr Amadou Ly honoré

5 Décembre 2019

L'ambassadeur du Japon au Sénégal et le ministre des Affaires étrangères japonais ont organisé hier, mercredi 4 décembre 2019, une cérémonie de remise du « certificat d'honneur » de la Chancellerie japonaise au professeur Amadou Ly qui fut membre du jury du concours de Haïku en 1984, 5 ans seulement après sa mise sur pied en 1979.

Pour l'ambassadeur du Japon au Sénégal, Arai Tatsuo d'exprimer sa reconnaissance au récipiendaire, « c'est une distinction que vous avez amplement méritée, je vous adresse toutes mes félicitations les plus chaleureuses ».

Et de poursuivre : « Depuis lors, Monsieur Ly, vous n'avez ménagé aucun effort pour promouvoir cet aspect singulier de la culture japonaise, aux côtés de vos éminents collègues.

Votre riche parcours démontre votre attachement aux lettres et la culture et témoigne de votre mérite de recevoir aujourd'hui ce prix, que le peuple japonais vous a décerné à travers les autorités du gouvernement ».

Le professeur Amadou Ly, comblé et ému par cette reconnaissance du ministère des Affaires étrangères du Japon confiera : « L'ambassadeur Tatsua Arai et ses collaborateurs m'ont choisi pour être proposé au ministère des Affaires étrangères de l'Empire du Soleil Levant pour le certificat d'honneur de ce ministère.

Il est vrai qu'il y a deux ans, mon collègue et maître, le professeur Madior Diouf, qui est le président du jury du concours annuel de Haïku de l'ambassadeur du Japon au Sénégal depuis qu'il a remplacé à ce poste notre regretté ainé, le professeur Mouhammad Kane qui avait lancé le concours Haïku au Sénégal, il y a 40 ans, en 1979, a été honoré de la prestigieuse Médaille de sa Majesté, l'Empereur du Japon.

Voilà une preuve évidente que le Japon ne s'est pas trompé dans la hiérarchie des valeurs qui fondent une civilisation bien structurée.

Peut-être qu'un autre sénégalais mérite autant que moi, voire plus moi, la distinction qui m'est attribuée aujourd'hui, et je ne me serais jamais formalisé si un ou une de nos compatriotes qui travaillerait dans les technologies, dans les sciences ou dans les Affaires, connaissant bien plus que moi le Japon, ses cultures, ses domaines des technologies ou des affaires, s'était vu attribuer cette belle distinction ».

Et de conclure : « J'y aurais applaudi et en aurais été très fier et très reconnaissant ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.