Sénégal: Lutte contre les accidents de la route - Oumar Youm donne la recette et annonce un audit du système

5 Décembre 2019

Venu défendre le budget de son département à l'Assemblée nationale hier, mercredi 4 décembre, le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Oumar Youm, a affirmé que des mesures seront prises pour mettre un terme aux accidents de la route. Il a annoncé, dans la foulée, la tenue prochaine des assises sur la sécurité routière.

Encore un engagement des autorités pour mettre en terme aux nombreux accidents de la route. Le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Oumar Youm a révélé hier, mercredi 4 décembre, lors de son passage à l'Assemblée nationale, pour le vote du budget de son département que des mesures réglementaires seront prises afin de mettre un terme à la saignée macabre sur les routes.

Ces dispositions commencent, dit-il, par la professionnalisation du secteur et l'instauration des permis à point. Il s'agira aussi, pour Oumar Youm, de veiller aux conditions sociales des chauffeurs.

Comme engagement, il a annoncé, par ailleurs, le rajeunissement du parc automobile en veillant au renouvellement des moyens de transport vétustes. L'importation des véhicules sera aussi limitée car il reste convaincu que la vente des véhicules usagers est à l'origine des embouteillages et du transport clandestin.

Selon le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, des instructions ont été données par le président de la République, Macky Sall, pour que les assises sur la sécurité routières soient tenues dans un délai d'un mois.

Il est d'avis qu'au-delà des accidents de la circulation, c'est une véritable léthargie qui est constatée dans le système de transport. Par ailleurs, il a aussi annoncé que les sanctions nécessaires seront prises contre les gros porteurs destructeurs des ouvrages publics.

EN PLUS DES ASSISES SUR LA SECURITE ROUTIERE, UN AUDIT DU SYSTEME ANNONCE

Le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Oumar Youm, a aussi indiqué qu'un audit de la sécurité routière sera mené pour corriger les défaillances constatés dans le système de transport. Il a aussi dit qu'en matière de contrôle technique, le taux de véhicules contrôlés, demeure insuffisant.

Comme mesure palliative, l'Etat va déconcentrer davantage les services de contrôle technique au niveau des régions afin d'améliorer sensiblement ce taux. Concernant l'autoroute à péage, il est annoncé que son éclairage sera réalisé de Diamniadio à Aibd.

Il a par ailleurs précisé que sur les redevances autoroutières, les chiffres concernant l'autoroute gérée par Eiffage ne sont pas encore disponibles. Par contre, pour l'autoroute Ilaa Touba, les recettes engrangées en 2019 dépassent 11 milliards de FCFA

TICKET DU TRAIN EXPRESS REGIONAL (TER) : Le prix pas encore fixé, selon Oumar Youm

Le coût annoncé de 1500 F CFA pour le prix tu ticket du Train express régional (Ter) n'est que de la spéculation visant à porter atteinte au projet.

Présent à l'hémicycle hier, mercredi 4 décembre, le ministre en charge des Infrastructures et des Transports terrestres, Oumar Youm, a soutenu que le prix n'est pas encore fixé et que des discussions sont menées présentement pour aboutir à un prix compétitif.

Répondant aux détracteurs des projets du Train express régional (Ter) et du Bus rapid transit (Brt), Oumar Youm a dit qu'ils ont été conçus pour répondre à l'inaction qui a couté 1200 milliards de perte annuel depuis 1998, à cause des embouteillages. L'exploitation commerciale du Ter est prévue en avril 2020, a-t-il déclaré.

BUDGET DU MINISTERE DES INFRASTRUCTURES, DES TRANSPORTS TERRESTRES ET DU DESENCLAVEMENT : Oumar Youm «trône» sur plus de 295 milliards de F CFA

Le budget du ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement est arrêté à la somme de 295.350. 566. 500 F CFA. Il a connu une hausse de plus 57 milliards de F CFA.

Pour la gestion et l'entretien des infrastructures routières, les crédits sont arrêtés à 222.106.246.161 F FCA.

36.683.600.000 F CFA sont destinés à la gestion et à l'entretien du réseau ferroviaire. Le pilotage, la gestion et la coordination administrative ont un budget de 723.173.388 F CFA.

OUSMANE SONKO SUR LE TAUX ELEVE DES PRETS CONTRACTES PAR L'ETAT : «2036 milliards, soit 25% de la dette, liés à des infrastructures»

S'adressant au ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Oumar Youm, le député Ousmane Sonko a dit que le budget de son département est la deuxième plus grande allocation avec 295 milliards de F CFA, juste derrière l'Education nationale.

Ce qui représente 8,27% des recettes et 2,26% du PIB. Cependant, précise-t-il, ce budget est le principal justificatif de la dette.

Elle est de 2036 milliards, soit 25% de la dette actuelle. En guise d'explication, Ousmane Sonko soutient que rien que les investissements du Train express régional (Ter), l'autoroute Patte d'Oie-Diamniadio-Aibd, Aibd-MbourThiès et Ilaa Touba sont beaucoup plus importants que les montant prévus pour des programmes destinés à corriger le déséquilibre dans les zones de l'intérieur comme Médina Yoro Foulah.

Ce déséquilibre traduit, selon le parlementaire, un échec de priorités et est imposé par les bailleurs. «Ils ne sont pas des amis du Sénégal. Que ça soit le Fmi ou les bailleurs bilatéraux, ils gèrent leurs intérêts».

Pis, ajoute-t-il, ils choisissent leurs entreprises et demandent l'exonération fiscale et recouvrent facilement leurs investissements. Revenant sur le Train express régional (Ter), le député a relevé que son coût dépasse 1000 milliards de F CFA et que les nombreux reports de sa livraison sont synonymes d'une gouvernance basée sur la transmission de la mauvaise information.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.