Sénégal: Légalisation ou pas du cannabis, le débat posé par des universitaires

Saint-Louis — Une conférence publique organisée à Saint-Louis en marge de la troisième édition du Cours ouest africain sur les droits humains et les politiques de drogue en Afrique de l'Ouest francophone, a posé mercredi le débat sur la légalisation ou non du cannabis, en vue d'en mesurer les différents enjeux.

L'Afrique "n'est pas prête pour la légalisation du cannabis", a avancé le professeur Mbissane Ngom, coordonnateur scientifiques du Cours ouest africain sur les droits humains et les politiques de drogue en Afrique de l'Ouest francophone, par ailleurs directeur de l'UFR des Sciences juridiques et politiques de l'Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis.

"Il faut être réaliste", bien prendre en compte la situation de pays ayant déjà légalisé le cannabis pour analyser l'impact de l'utilisation du cannabis de manière à analyser "les enjeux sur la culture du cannabis au Sénégal, particulièrement au sud du pays", a-t-il dit.

Et s'il y a lieu de légaliser demain le cannabis "à des fins médicales, cela permettra de voir quel peut être son impact sur le développement économique du pays", a relevé l'universitaire.

Selon le professeur Ngom, il s'agit d'ores et déjà de comprendre que le cannabis est utilisé pour produire des médicaments à titre thérapeutique, afin de soigner des maladies comme l'asthme, l'épilepsie, etc.

"Mais il n'est pas question que n'importe qui, dans son coin, puisse s'aventurer à fumer des joints de cannabis", a-t-il indiqué, en rappelant que sur le plan international, "il y a un débats soulevé sur cette question", pour voir s'il faut sortir ou non "le cannabis de la liste des stupéfiants, parce qu'il aurait des vertus thérapeutique et médicinales".

Dans cette perspective, les échange entre experts, universitaires et étudiants, devraient permettra de voir, "quel est l'impact de l'interdiction du cannabis et de la culture du cannabis au plan économique et social ?".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.