Cameroun: Palmier à huile, Hévéa - 2 000 hectares de plus pour un opérateur

Un contrat de concession provisoire a été signé mercredi, 4 décembre 2019 entre le ministre en charge des domaines et le directeur général de Safacam pour étendre les plantations à Dizangué

Une nouvelle ère s'ouvre pour la Société africaine forestière et agricole du Cameroun (Safacam). Elle vient de bénéficier de, 2 161 hectares supplémentaires pour étendre ses plantations dans le canton de Ndonga, arrondissement de Dizangué, département de la Sanaga-Maritime dans le Littoral. Un contrat de concession provisoire a été signé mercredi, 5 décembre 2019, entre l'Etat du Cameroun, représenté par le ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières (Mindcaf), Henri Eyebé Ayissi, et la Safacam, représentée par son directeur général, Jean François Pajor.

Le Mindcaf a précisé que ce contrat de concession provisoire est le tout premier document de cette nature élaboré par son département ministériel. Tout en indiquant qu'il s'agit d'un document contractuel qui vient renforcer le cahier des charges signé entre le préfet et l'attributaire, au regard de la superficie sollicitée par le promoteur et l'investissement à réaliser. « La durée de la réalisation dudit projet d'extension des plantations est de trois ans à compter de la date de signature du présent contrat », explique Henri Eyebe Ayissi.

Sur les 2 000 ha concédés, 400 sont destinés au palmier à huile à semences sélectionnées, pour une production annuelle de 6 000 tonnes de régimes de noix de palme et un investissement de 1,5 milliard de F. Cette extension aura un impact certain sur la production actuelle estimée à 15 000 tonnes d'huile de palme rouge et 8 000 tonnes d'huile de palmiste par an. Idem pour la production du caoutchouc sec estimé à 8 000 tonnes. En effet, plus de 1 500 ha concédés hier seront consacrés à l'hévéa, avec à terme, une production d'environ 16 000 tonnes de caoutchouc naturel.

« Ce qui représentera sur six ans environ 2 milliards d'investissements », explique le directeur général de Safacam. Il a également rassuré les autorités sur les conditions d'exploitation qui seront « durables et en bonne intelligence avec les communautés riveraines ». Par ailleurs, des investissements industriels ont été réalisés par anticipation depuis cinq ans pour l'usine de caoutchouc. « Deux milliards ont été investis pour porter la capacité d'usinage d'une tonne de caoutchouc par heure à 25 tonnes/heure », explique-t-il. L'on apprend également que le même montant sera investi dans l'huilerie d'ici 2022. En termes d'emplois, le projet va générer 300 emplois permanents supplémentaires à l'issue de son développement ainsi qu'une centaine des postes temporaires pendant son implantation.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.