Soudan: Echange d'ambassadeurs entre Khartoum et Washington - Vers le rétablissement des relations

Hamdouk rencontre le Secrétaire Américain au Trésor le 4 décembre 2019.

Alger — Le processus visant à échanger des ambassadeurs entre le Soudan et les Etats-Unis, après 23 ans d'interruption, constitue un immense pas en avant dans le rétablissement des relations bilatérales, s'accordent à dire des responsables des deux pays.

"Les Etats-Unis et le Soudan ont décidé d'engager le processus visant à échanger des ambassadeurs après une pause de 23 ans. Cette décision est un pas en avant important dans le renforcement des relations bilatérales américano-soudanaises", a annoncé mercredi le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, notant que cette décision intervient "en pleine phase de lancement des réformes tous azimuts au Soudan par un gouvernement civil".

Cette décision qui intervient au cours de la visite du Premier ministre soudanais, Abdalla Hamdok, aux Etats-Unis, une première depuis 1985, "sera immanquablement un immense pas vers l'édification du Soudan et sa relance sur la scène internationale", a souligné, pour sa part, M. Hamdok.

La rupture des relations entre le Soudan et les deux Etats-Unis avait débuté en 1993, avant d'être consommée en 1998 avec des raids aériens américains au Soudan. Le Soudan a été ensuite inscrit sur le liste noire américaine des "Etats soutenant le terrorisme.

Les Etats-Unis avaient fermé leur ambassade à Khartoum en 1996 et retiré leur ambassadeur. L'ambassade a été rouverte en 2002 mais était dirigée par un chargé d'affaires.

Le Premier ministre du gouvernement de transition au Soudan s'est entretenu au cours de sa visite à Washington avec des responsables américains.

M.Hale s'est engagé à travailler avec le Congrès américain afin de confirmer le nouvel ambassadeur.

Plusieurs signes de bonne volonté, en attendant le retrait du Soudan de la liste noire

Les gestes de bonne volonté et de réconciliation des Etats-Unis à l'endroit du Soudan sont nombreux depuis la chute de l'ancien régime de Omar el-Béchir le 11 avril de l'année en cours, selon les analystes de la scène politique internationale, qui relèvent toutefois que le processus de réconciliation reste incomplet, tant que le Soudan figure encore sur la liste noire américaine des Etats soutenant le terrorisme.

Washington était, en effet, parmi les premiers pays ayant soutenu les manifestations des Soudanais contre le pouvoir en place au printemps dernier, indique-t-on.

Les autorités américaines avaient interpellé, dans ce sillage, à maintes reprises les responsables du "Conseil militaire de transition" à épargner aux manifestants la violence et la répression.

Dans ce sens, de nombreuses réunions avaient eu lieu avec les responsables soudanais et le chargé d'affaire américain au Soudan, Brian Showkan, ajoute-t-on.

Aussi, les Etats-Unis se concertent souvent avec les autorités soudanaises concernant le conflit dans le Soudan du sud. Ce point a été abordé aussi lors de la visite de M. Hamdok à Washington.

Le retrait du Soudan de la liste noire des Etats soutenant le terrorisme reste le souhait premier du gouvernement de transition au Soudan. Le maintien du pays dans la liste noire "est préjudiciable", affirment les responsables du gouvernement de transition.

Le retrait du Soudan de cette liste a été réclamé par plusieurs pays.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.