Sénégal: Diourbel - Des mesures en vue contre la divagation des animaux dans la commune

Diourbel — Le préfet du département de Diourbel, Ibrahima Fall, a annoncé jeudi que des mesures vont être prises pour mettre fin à la divagation des porcs et d'autres animaux dans la commune de Diourbel.

"Dans un moyen terme, nous allons ouvrir une fourrière qui sera fonctionnelle dans la commune de Diourbel mais également une porcherie communautaire pour prendre en charge la divagation" des porcs, a dit le préfet.

A en croire M. Fall qui s'exprimait au cours d'un Comité départemental de développement, les populations voulaient régler ce problème de divagation des animaux à "leur matière".

"Depuis un certain temps, nous avons constaté la divagation des animaux dans la commune de Diourbel mais également la divagation des porcs dans les lieux de culte notamment dans les cimetières et les mosquées", a-t-il dit.

"Quand nous sommes informés de cette situation, nous avons tenu à réunir l'ensemble des éleveurs avec les acteurs concernés", a-t-il fait savoir.

Après les phases de sensibilisation, des opérations de rafle seront menées par la commune avec la participation des forces de l'ordre pour appliquer les sanctions prévues par le texte, a indiqué l'autorité administrative.

Le président des éleveurs de porcs, Dr Dominique Sambou, a pour sa part avoué que la divagation est un facteur qui n'arrange personne et en premier lieu les propriétaires qui perdent des bêtes.

"On veut qu'on nous aide à trouver des aliments de porc parce qu'enfermer un animal sans avoir un aliment adéquat pose un problème. On est obligé de recourir à l'aliment réservé aux moutons, aux chèvres ou aux bœufs. Or, ce n'est pas un aliment propice au porc", a-t-il souligné.

Les acteurs de la filière porcine tournent autour de 85 membres tandis que le nombre de têtes de porcs recensés est de 525. Ces propriétaires veulent également un accompagnement pour la création de porcheries domestiques et communautaire.

"Qu'on nous aide à trouver des porcheries adéquates tant au niveau des domiciles qu'au niveau communautaire pour que les éleveurs puissent avoir un espace commun loin des maisons et on aura moins de désagréments", a plaidé Dr Dominique Sambou.

Il a invité les pouvoirs publics à intégrer les éleveurs de porcs dans la distribution des vivres de soudures.

Dr Dominique Sambou a également plaidé la construction d'abattoirs modernes.

"On a demandé aussi à avoir des abattoirs officiels. Malheureusement on n'a pas ça. Chacun abat chez lui et avec les conditions d'hygiène, ce n'est pas recommandé", a-t-il dit.

Le président de la filière porcine a annoncé la mise en place prochaine de mesures sécuritaires pour une meilleure identification des animaux.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.