Algérie: Poursuite du procès, Mazouz interrogé et confronté aux anciens responsables

Alger — Le procès de plusieurs anciens responsables, cadres et hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption relatives à l'activité de montage automobile s'est poursuivi jeudi au Tribunal de Sidi M'hamed, par l'interrogatoire de l'homme d'affaire, Ahmed Mazouz, qui a été confronté à d'anciens responsables au sujet de son projet de montage automobile et "ses financements occultes" de la campagne électorale de l'ex-président, Abdelaziz Bouteflika.

Lors de cette deuxième journée du procès, le juge a interrogé Mazouz sur "les indus avantages accordés par l'ex-Premier ministre, Ahmed Ouyahia, et l'ex-ministre de l'Industrie, Youcef Yousfi, dans le cadre de son projet de montage automobile".

Le juge a insisté sur ces avantages dont les autorisations exceptionnelles dont a bénéficié Mazouz pour lancer son activité de montage automobile, avant la signature du cahier de charges y affèrent, outre l'"obtention injustifiée (népotisme) de certificats de conformité aux activités", sa "dispense de l'obligation du partenaire étranger dans le dossier de montage automobile" et son "exonération des tarifs douaniers, avant la parution du décret relatif à ces exonérations".

Face à ces accusations, l'homme d'affaire a nié, en bloc, les charges qui lui sont reprochées, arguant que tous les projets dont il a bénéficié étaient conformes au cadre juridique.

A ce propos, Ouyahia a expliqué que les décisions techniques émises dans le cadre de ce projet relevaient du ministère de l'Industrie et qu'il n'était pas habilité à intervenir, ajoutant qu'il avait émis seulement un avis sur la possibilité de supprimer la condition du partenaire étranger dans le domaine du montage automobile, niant, également, l'existence de tout différend avec Yousfi.

Yousfi a reconnu, par contre, l'existence d'un différend avec Ouyahia sur la question de la dispense de Mazouz de la condition du partenaire étranger en vue d'approuver le projet de montage automobile, précisant, en outre, que le ministère de l'Industrie "avait rejeté, au début, le projet de Mazouz, car ayant relevé plusieurs lacunes".

En deuxième partie de l'interrogatoire, les questions adressées par le juge à l'homme d'affaire Mazouz, ont porté sur les financements occultes de la campagne électorale de l'ex-président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et la somme de 39 milliards de centimes qu'il aurait remise à l'homme d'affaires Ali Haddad, l'accusé a dit "ignorer les procédures légales en vigueur en matière de financement de la campagne électorale", sans nier avoir donné cette somme.

Le juge a ensuite interrogé Fares Sellal, le fils de l'ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal sur sa participation aux projets réalisés par Mazouz, et des hauts postes de responsabilité qu'il a occupés, en si peu de temps, au sein du Groupe Mazouz, sans apporter de contributions financières. L'accusé a nié en bloc les charges qui lui sont reprochées.

Ensuite, le juge a décidé de lever l'audience durant une heure et demi, pour la reprendre dans l'après-midi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.