Angola: OGE - Une étude recommande le transfert de rubriques pour des actions sociales

Luanda — L'analyse de la proposition du Budget général de l'État (OGE, sigle en portugais) 2020, publiée jeudi, recommande le transfert des valeurs destinées aux lignes implicites pour la concrétisation d'actions dans le secteur social.

Du point de vue de l'Exécutif, cette proposition budgétaire vise principalement la consolidation de la stabilité macroéconomique nécessaire à la reprise de la croissance économique et, partant, le renforcement du rôle des secteurs productif et social, indique le document.

Intitulée «Analyse rapide de la proposition de l'OGE 2020», l'étude a été présentée par l'Action pour le développement rural et l'environnement (ADRA), en partenariat avec l'UNICEF, l'Institut pour la citoyenneté (Mosaiko) et l'Observatoire politique et social de l'Angola (OPSA).

Depuis 2016, ces organisations produisent et diffusent des brochures d'analyses thématiques sur le budget général de l'État, dans le but de promouvoir l'alphabétisation budgétaire et de renforcer le dialogue entre les différents secteurs.

Cette analyse a été conçue en mettant l'accent sur des secteurs sociaux clés tels que l'éducation, la santé, la survie de l'enfant, la protection sociale, l'agriculture familiale, la nutrition, la justice pour mineurs, l'enregistrement des naissances, l'eau et l'assainissement.

La proposition du budget général de l'État pour 2020 a été approuvée en novembre de cette année, dans la généralité, par le Parlement.

Le texte, actuellement examiné par les commissions de spécialité, a été approuvé par 119 voix pour (MPLA), 46 voix contre (UNITA et CASA-CE) et 9 abstentions du PRS et du FNLA lors de la première séance plénière ordinaire de la 3e session législative de la IV législature.

Pour assurer la stabilité macroéconomique du moment, l'Exécutif a préparé la proposition du budget pour l'année prochaine, sur la base d'un prix moyen du pétrole brut de 55 dollars le baril, d'un taux d'inflation de 25% et de la croissance réelle du Produit intérieur brut (PIB) de 1,8%.

Le secteur social absorbera 40,7% des dépenses fiscales, soit environ 27,6% de plus que l'année dernière. Dans ce secteur, la protection de l'environnement, le logement et les services collectifs et la santé se distinguent respectivement avec une croissance budgétaire de 182,1%, 51,2% et 35,6%.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.