Seychelles: Les Seychelles signent quatre autres actes juridiques destinés à prévenir la pollution maritime par les navires

Les Seychelles ont montré leur engagement à protéger l'environnement marin de la nation insulaire après avoir signé quatre autres actes juridiques d'une convention internationale pour la prévention de la pollution maritime (MARPOL), a déclaré jeudi un haut responsable du gouvernement.

Le secrétaire principal pour l'aviation civile, des ports et de la marine, Alan Renaud, a présenté les instruments au secrétaire général de l'Organisation maritime internationale (OMI), Kitack Lim, au siège de l'OMI à Londres la semaine dernière.

"L'adhésion des Seychelles à ces annexes prouve notre engagement, en tant que nation responsable du pavillon, à réduire la pollution par les navires - en protégeant non seulement notre propre environnement marin, mais aussi celui de tous les autres. Les eaux océaniques n'ont pas de passeport", a déclaré Didier Dogley, ministre du Tourisme, de l'aviation civil des Ports et de la Marine.

Les Seychelles ont à l'origine adhérée à MARPOL 73/78 et à ses deux annexes I et II obligatoires en novembre 1990.

La nation insulaire a désormais adhéré aux annexes pour la prévention de la pollution par les substances nocives transportées par la mer sous forme emballée; prévention de la pollution par les eaux usées des navires; prévention de la pollution par les ordures des navires; et la prévention de la pollution atmosphérique par les navires.

La Convention internationale pour la prévention de la pollution par les navires (MARPOL) est la principale convention internationale couvrant la prévention de la pollution du milieu marin par les navires de causes opérationnelles ou accidentelles.

Une adhésion est un acte par lequel un État cherche à devenir partie d'un traité déjà négocié et signé par d'autres États, généralement après son entrée en vigueur. Elle a le même effet juridique que la ratification.

M. Renaud a déclaré qu'en tant que nation insulaire, "le transport maritime sera toujours un élément indispensable de notre économie, tout comme notre capital naturel, et nous le tenons juste et équitable, afin que les opérations de transport dans nos eaux soient effectuées de manière à les maintenir propre et sûr. "

Il a ajouté que "si nous ne parvenons pas à mettre en œuvre des normes convenues au niveau mondial pour prévenir la pollution marine, nous risquons de faire de nos mers un refuge pour les expéditions inférieures aux normes.

Et sans la législation nécessaire, nous ne pouvons même pas appliquer les normes, ce qui explique pourquoi notre prochaine action consistera à incorporer les annexes dans la loi des Seychelles, à donner à notre nouvelle autorité de la sécurité maritime le pouvoir de s'attaquer aux mauvais acteurs, mais nous espérons qu'ils seront rares. "

Les Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, possèdent une zone économique exclusive de 1,4 million de kilomètres carrés, qui fait de la santé de l'océan un élément fondamental de son économie.

Le ministre Dogley a déclaré: "Les plages de notre précieux joyau, Aldabra, et du site du patrimoine mondial de l'UNESCO, sont couvertes de tongs, de matériel de pêche et de bouteilles en plastique de gens de mer et d'expéditeurs qui exercent leurs activités à des milliers de kilomètres de là; empêche les tortues de nidifier et enchevêtrent les oiseaux de mer (... ) la bataille pour garder nos îles scintillantes propres ne peut être remportée par nous-mêmes, mais uniquement en concert et en communauté partagée avec le monde.

Conformément aux réglementations de l'OMI, les instruments entreront en vigueur pour les Seychelles à compter du 29 février 2020.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.