Ile Maurice: Triple meurtre au Canada - Peine plus sévère contre Shakti Ramsurrun

6 Décembre 2019

Les audiences de la cour d'appel au Canada ont débuté mercredi dans le cas du triple meurtre commis par Shakti Ramsurrun. En 2017, ce Mauricien a été reconnu coupable des meurtres prémédités de ses beaux-parents, Claude Lévesque et Louise Leboeuf, et du meurtre non prémédité de son ancienne conjointe, Anne-Katherine Powers, à Gatineau, au Québec. Il a écopé d'une peine de 25 ans de prison. Toutefois, selon nos confrères de Radio-Canada, le Directeur des poursuites criminelles et pénales fait une demande pour que la sentence soit alourdie à 35 ans de prison avant de pouvoir demander une libération conditionnelle.

De son côté, l'avocat du Mauricien a demandé l'arrêt des procédures contre son client en vertu de l'arrêt Jordan. Il a aussi été avancé par la défense que le juge de première instance a commis des erreurs, notamment en permettant que lors du procès, plusieurs témoignages ont relevé du «ouï-dire». Pour la défense, ces témoignages «étaient contradictoires, mensongers et ils ont immanquablement eu un effet négatif sur le jury».

L'idylle débute en 2009

L'idylle entre le Mauricien et la Canadienne a débuté lors d'une croisière en 2009. De cette rencontre est né un petit garçon. Shakti Ramsurrun et Anne Katherine Powers ont par la suite emménagé chez le couple Claude Lévesque et Louise Leboeuf. Mais les relations entre le gendre et les beaux-parents se sont détériorées avec le temps et sont même devenues conflictuelles. Et le 23 mai 2012, Shakti Ramsurrun est passé à l'acte et a tué toute la famille.

Toutefois, les médias canadiens soulignent que lors de son procès, l'accusé a déclaré qu'il ne se souvenait pas du déroulement des trois meurtres.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.