Madagascar: Nouvelle provocation de Macron sur les îles malgaches

Une nouvelle déclaration du président français risque de court-circuiter l'initiative du gouvernement, d'organiser une concertation nationale sur les îles malgaches.

« Comment exploiter durablement les ressources océaniques sans compromettre l'équilibre de ces écosystèmes ? Une station de recherche sera installée sur les îles éparses dès l'année prochaine comme je m'y étais engagé, et un programme prioritaire de recherche océan et climat créé. » Le président français Emmanuel Macron a posté cette déclaration sur son tweeter le 3 décembre, quelques jours seulement avant la tenue d'une concertation nationale sur les îles malgaches. D'après une communication faite en Conseil du Gouvernement de mardi dernier, cette concertation nationale aura lieu du 09 au 11 décembre au CCI Ivato.

La déclaration d'Emmanuel Macron est perçue par l'opinion publique nationale comme une nouvelle provocation, non seulement à l'endroit des autorités malgaches, mais aussi du peuple malgache tout entier. La première provocation a été actée lorsque le président français s'est rendu le 23 octobre sur les îles Glorieuse en déclarant urbi et orbi : « Ici, c'est la France ! ». Cette déclaration a accéléré la mise en place de la commission mixte franco-malgache qui a tenu sa première réunion le 18 novembre 2019 au Palais d'Andafiavaratra. Première réunion à l'issue de laquelle, rien n'a été encore décidé sur le sort des îles éparses.

Diplomatie offensive. Au moment où nous écrivons cet article, les autorités malgaches n'ont pas encore réagi à la nouvelle déclaration d'Emmanuel Macron. Par contre, la concertation nationale prévue se tenir à partir du lundi prochain est maintenue. D'après un communiqué du gouvernement, ce rendez-vous aura pour objectifs principaux de « favoriser l'appropriation nationale et mobiliser l'opinion publique nationale autour de l'enjeu de souveraineté malagasy sur ces îles », d'une part, et d'autre part de « compléter les bases de données existantes sur ces îles malgaches de l'Océan indien ». « Les conclusions et recommandations de la concertation nationale seront rassemblées dans un document de synthèse à présenter au président de la République à la fin de la réunion au CCI Ivato. », conclut le communiqué.

Force est cependant de constater que l'impasse s'installe déjà à quelques jours du rendez-vous. Quelles dispositions les autorités malgaches prendront-elles devant la nouvelle provocation du président français ? Pour une partie de l'opinion, l'Etat malgache devrait aller au-delà d'une simple concertation nationale s'il veut la rétrocession des îles éparses. Les autorités malgaches devraient adopter une diplomatie offensive qui a pour objectif de mobiliser en leur faveur l'opinion publique internationale, ainsi que les organisations internationales, continentales, régionales et sous-régionales. Reste à savoir si les dirigeants auront le courage d'y aller.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.