Des pâturages plus verts identifiés pour le commerce de services que de biens

5 Décembre 2019

Douala — Des responsables commerciaux de l'ensemble des onze pays membres de la CEEAC ainsi que des prestataires de services stratégiques en Afrique centrale ont reçu les outils et techniques nécessaires à la constitution de listes spécifiques de services sur lesquels leurs gouvernements s'engageront à supprimer les droits de douane et autres restrictions stipulés dans le Protocole sur le commerce de services dans le cadre de l'Accord-cadre sur la Zone de libre-échange continentale africaine.

Cela fait suite à un atelier de trois jours qui s'est achevé dans la capitale économique du Cameroun, Douala, à l'invitation du Secrétariat général de la Communauté économique des États d'Afrique centrale (CEEAC), avec le soutien technique et programmatique de la Commission économique pour l'Afrique et le soutien financier de l'Union européenne.

Les listes sont classées en cinq grandes priorités définies par l'Union africaine pour le commerce, à savoir : les services financiers, les services professionnels, le tourisme, les transports et les télécommunications / TIC.

Au cours de l'atelier, il a été conseillé aux représentants des États membres de la CEEAC d'inciter leurs gouvernements respectifs à donner la priorité à leurs listes spécifiques d'engagements pour les services dans le Marché commun africain, à la suite de preuves que la libéralisation du commerce de services engendrerait des gains bien plus importants pour les pays africains par rapport à la libéralisation du commerce de marchandises.

Citant une étude de la Banque mondiale, le Directeur du Bureau sous-régional de la CEA pour l'Afrique centrale, Antonio Pedro, déclare que « la libéralisation de services en Afrique entraînera une augmentation moyenne du commerce de marchandises de 11,8% et 4,1% du PIB ».

Il dit que le PIB de l'Afrique, selon la CEA, est estimé à 3,8% d'ici à 2020, soutenu par une forte demande intérieure, en particulier dans le secteur des services.

« En effet, la libéralisation du commerce de services a des effets favorables sur le commerce de biens en ce sens qu'elle permet une plus grande mobilité et une meilleure répartition des facteurs de production, notamment du capital et du travail », dit-il, tout en concluant que grâce au commerce de services « le développement et les innovations technologiques sont plus facilement diffusés, ce qui facilite la transformation numérique ».

La Secrétaire générale adjointe de la CEEAC, en charge du Département de l'intégration physique, économique et monétaire (SGA-DIPEM), Mme Chantal Marie-Thérèse Mfoula, déplore le fait que malgré les preuves que cela puisse générer davantage de gains pour les pays africains, peu d'attention est accordée au développement du secteur de services en Afrique centrale.

Pour réaliser le potentiel de croissance induit par le commerce de services, « formel comme informel », le commerce de services en Afrique centrale doit donc se situer au plus haut niveau du programme d'intégration régionale et continentale », indique-t-elle.

Les pays d'Afrique centrale doivent donc accorder une attention particulière à « faciliter le commerce, en éliminant le harcèlement des prestataires de services aux postes frontières ou dans les pays de destination des services, en simplifiant les conditions, voire même les supprimer, en assouplissant et clarifiant les conditions de résidence et en améliorant le processus de demande et d'obtention de permis de travail ».

Tout en remerciant la CEA de son appui constant au programme de travail de la CEEAC en Afrique centrale et en particulier de l'incorporation d'un expert du commerce de services et d'investissements au sein du secrétariat de la CEEAC; ainsi que de l'aide financière apportée par l'UE, Mme Mfoula affirme que son organisation, notamment par l'intermédiaire de son groupe de travail régional sur les services, fournira régulièrement une assistance technique aux États membres pour la mise en œuvre des dispositions du protocole sur le commerce de services.

Pour sa part, M. Filippo AMATO, Chef de la Section Commerce de la Délégation de l'Union européenne au Cameroun a déclaré que « idéalement, et dans une perspective de long terme, la ZLECAF devrait devenir le point d'ancrage d'une zone de libre-échange entre le continent africain et l'Union européen » - d'où tout l'intérêt à coopérer avec l'Afrique sur ce point.

Les États membres de la CEEAC finaliseront leurs listes spécifiques d'engagements sur le commerce de services à soumettre à l'UA en début 2020, en vue d'un commerce libre et efficace sur l'ensemble du continent d'ici à juillet 2020.

Media Contact

Abel Akara Ticha - Communication Officer

United Nations Economic Commission for Africa

637, rue 3.069, Quartier du Lac, Yaounde, Cameroon

Tel: +237 222504348

E-mail: akara@un.org

Senait Afework, Associate Communication/Programme Management Officer

African Trade Policy Centre (RITD)

United Nations Economic Commission for Africa

Addis Ababa, Ethiopia

Tel: +251 115 44 39 29/+251 911 52 32 65

Email: safework@uneca.org

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.