Congo-Kinshasa: Non alignement à la prime de risque - Les médecins réclament la tenue des travaux entre le Gouvernement et leurs délégués

Les médecins réclament la tenue des travaux entre le Gouvernement et leurs délégués. Ils l'ont fait savoir mercredi 4 décembre dernier, devant la cité de l'Union Africaine, résidence officielle du Chef de l'Etat Félix Tshisekedi. D'après le coordonnateur national de ce collectif, près de 7000 médecins des hôpitaux publics ne sont toujours pas alignés à la prime de risque en dépit de toutes les promesses faites par les autorités.

Déliant sa langue, Docteur Miguel Milambu a expliqué la cause principale de leur présence à la résidence officielle du Président de la République. Selon lui, c'est pour obtenir de ce dernier une réponse favorable à leur requête compte tenue de sa promesse qu'il leur avait faite, celle d'aligner tous les médecins pour la prime de risque. « Nous sommes à la cité de l'Union africaine aujourd'hui avec tous les médecins qui se sont sentis frustrer. Ils disent que la parole du Chef de l'Etat devrait être respectée de tous et ne devrait souffrir d'aucune autre mesure. Le Chef de l'Etat a promis un alignement pour les médecins, un alignement massif qui n'a jamais été fait », dit-il. D'après ses dires, le premier palier était consacré à la programmation d'alignement du troisième trimestre mais tout était bloqué au niveau du quatrième trimestre où le reste d'alignement n'a pas été fait.

Les démarches entreprises par ce collectif n'ont abouti à aucun résultat positif. C'est sur base de cet échec, que les médecins sont retournés vers l'autorité compétente, le garant de la Nation pour lier l'acte à la parole. «Toutes les démarches menées n'ont donné aucun résultat, les autorités que nous avions consultées, nous disent que c'est impossible qu'on puisse aligner au quatrième trimestre, les médecins qui travaillent déjà il y a 4, 5, 6 voire 7 ans sans prime. Ils leur disent qu'ils devraient attendre qu'ils soient alignés l'année prochaine. C'est pourquoi nous sommes allés à la présidence de la République avoir la nette réponse », a-t-il renchéri. «Comme c'est la parole du Chef de l'Etat, c'est la parole de la plus haute autorité du pays, comme c'est lui qui a donné cette promesse c'est à lui de nous dire s'il y a n'aura plus. Alors nous voulons voir plus clair», conclut-il.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.