Congo-Kinshasa: Nouvelles approches !

Entre l'incertitude politique et la vicissitude économico-financière, ajoutée à cela la pauvreté généralisée des populations, seul un bon leadership politique est capable de redresser la Nation. Maints observateurs de l'arène politique sont parvenus à cette même conclusion. Ayant déjà fait ses preuves durant la première année de son règne, Félix Tshisekedi, Chef de l'Etat de la RD Congo, s'apprête à s'acquitter d'une obligation hautement constitutionnelle.

Devant le parlement réunis en Congrès, il va s'adresser pour la première fois à la grande Nation congolaise par ce canal. L'heure du bilan est donc arrivée. Mais aussi des projections. Tandis que le monde se prépare en vue de célébrer les festivités de fin d'année avec faste, les interrogations se multiplient pour les congolais. Quid du social ? Quid de la sécurité ? Comment fêter pendant que les crises économique et sociale s'intensifient ? Comment célébrer la naissance de l'enfant Jésus sans avoir du pain, du miel et du lait sur la table ? Comment ? Comment ? Et comment ? Que des questions à multiple inconnus...

Conscient qu'il est, 'Fatshi" sait qu'en réussissant à trouver des solutions rentables à des problèmes profonds des populations, il saura autant panser les plaies de 80 millions des congolaises. Et par ailleurs, susciter la lueur d'espoirs sur les visages de ceux qui ont longtemps déversé les larmes de leurs yeux à cause de la recrudescence de l'insécurité caractérisée par les tueries des civils dans la ville de Beni par les rebelles de l'ADF. Que dire encore ? Le bing bang politique manifeste dans le chef des protagonistes politiques n'aura fait qu'empirer les choses sans pourtant les arranger. Des tirs entrecroisés FCC-CACH, des animosités inutiles, des uppercuts politiques imaginaires, le feuilleton improductif de Kimono et de la bible n'ont fait que captiver l'attention des médias en lieu et en place d'unir les forces afin de travailler comme un seul l'homme, pour le rétablissement de la paix durable à travers tout le pays. Pourquoi ne pas œuvrer dans l'unité pour mettre fin à l'impunité ou à la corruption ? Le CLC en a déjà haussé le ton en interpellant la masse populaire et les dirigeants grâce notamment, à ses manifestations démocratiques.

Dans tous les cas, Félix Tshisekedi hérite d'un pays où à chaque fois que le temps passe, de nouveaux incidents s'y ajoutent et ouvrent une nouvelle zone d'incertitude. Comment diriger dans un tel pays ? Dans lequel les assemblées provinciales sont devenues des quartiers de règlement des comptes. «Aux grands maux les grands remèdes», disent les sages. Aux grands hommes la patrie reconnaissante. Si Félix Tshisekedi tient à avoir cette reconnaissance en cette période devançant le nouvel an 2020, s'il tient réellement à ce que la patrie lui soit reconnaissante pour avoir chapeauté ce beau pays en mains de Maître, il ne devra plus faire des promesses comme c'est fut le cas pendant sa campagne électorale. Au contraire, il doit se projeter dans l'avenir, et dire au peuple comment il va entamer "de nouvelles approches" pour faire de cet Etat un Eldorado à l'épicentre de l'Afrique. Pour cela, il doit innover.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.