Algérie: Moins de 5% des adultes bénéficient de la formation permanente dans plusieurs pays

Paris — Moins de cinq 5% des jeunes et des adultes dans près d'un pays sur trois participent à des programmes de formation, selon le quatrième Rapport mondial sur l'apprentissage et l'éducation des adultes (GRALE 4) de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), publié jeudi.

Selon le rapport, les adultes handicapés, les personnes âgées, les réfugiés et les migrants, les groupes minoritaires et d'autres segments défavorisés de la société sont particulièrement sous-représentés dans les programmes d'éducation pour adultes, ils se trouvent ainsi privés d'un accès essentiel aux possibilités d'apprentissage tout au long de la vie.

"Nous appelons les gouvernements et la communauté internationale à se joindre à nos efforts et à prendre des mesures pour veiller à ce qu'aucune personne - quels que soient son identité, le lieu où elle vit ou les défis qu'elle rencontre - ne soit laissée pour compte au regard du droit universel à l'éducation", a déclaré la Directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, en approuvant les recommandations du rapport.

"En veillant à ce que les pays donateurs respectent leurs obligations en matière d'aide aux pays en développement, nous pouvons faire de l'apprentissage et de l'éducation des adultes un levier essentiel pour les autonomiser et les habiliter, en tant qu'apprenants, travailleurs, parents et citoyens actifs", a-t-elle ajouté.

Le document souligne la nécessité d'accroître l'investissement national dans l'apprentissage et l'éducation des adultes, de diminuer les droits d'inscription, de sensibiliser aux avantages à en tirer et d'améliorer la collecte et le suivi des données, notamment pour les groupes défavorisés.

Insuffisance des progrès en matière de participation à l'apprentissage et l'éducation des adultes

Malgré une faible participation de l'ensemble des adultes à des actions de formation, plus de la moitié des pays ayant répondu spécifiquement à cette question - 57% des 152 réponses reçues - ont enregistré une augmentation du taux global de participation à l'apprentissage et l'éducation des adultes entre 2015 et 2018. Les pays à faible revenu ont enregistré la plus forte augmentation de la participation (73%), suivis par les pays à revenu faible (61%) et moyen supérieur (62%).

La majorité des progressions s'est produite en Afrique subsaharienne (72 % des répondants), suivie de la région arabe (67%), de l'Amérique latine et des Caraïbes (60%) et de l'Asie-Pacifique (49%). L'Amérique du Nord et l'Europe de l'Ouest indiquent les progrès les plus faibles (38%), une donnée à relativiser puisqu'ils partaient de niveaux plus élevés.

Tandis que le rapport mondial montre que la participation des femmes à ces programmes a augmenté depuis 2015 dans 59% des pays ayant répondu, dans d'autres régions du globe les filles et les femmes n'ont toujours pas suffisamment accès à l'éducation, notamment à la formation professionnelle.

Dotées de compétences limitées et disposant de faibles chances de trouver un emploi, elles peuvent difficilement participer à la vie sociale, ce qui se traduit par une perte économique pour leurs pays.

Trop lente amélioration de la qualité des formations

Un apprentissage et une éducation de qualité des adultes peuvent également apporter un soutien inestimable au développement durable. Le GRALE 4 montre que les trois quarts des pays ont fait état de progrès en matière de qualité de l'instruction fournie depuis 2015.

Des progrès qualitatifs sont observés dans les programmes, l'évaluation, les méthodes d'enseignement et les conditions d'emploi des formateurs.

Pas plus de 3% des pays font état de progrès qualitatifs dans ce domaine.

Le GRALE 4 montre que ces dix dernières années, les dépenses d'apprentissage et d'éducation des adultes n'ont pas atteint un niveau suffisant, non seulement dans les pays à faible revenu mais aussi dans ceux à revenu intermédiaire inférieur et à revenu élevé.

Près de 20% des Etats membres affirment consacrer moins de 0,5% de leur budget d'éducation à l'apprentissage et la formation pour adulte et 14%, moins de 1%. Ces chiffres montrent que de nombreux pays n'ont pas réussi à augmenter le financement de l'apprentissage et l'éducation des adultes tel que proposé dans le rapport GRALE 3.

Ils montrent aussi que ce domaine reste sous-financé, ce qui affecte plus durement les adultes socialement défavorisés. Le manque de financement entrave également la mise en œuvre de nouvelles politiques et de pratiques de gouvernance efficaces.

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.