Maroc: Après avoir relevé différents dysfonctionnements, le Bureau politique de l'USFP appelle à une réunion urgente de la majorité

Le Bureau politique de l'USFP a tenu sa réunion ordinaire, mardi dernier, avec à l'ordre du jour les différents développements politiques et organisationnels.

Dans sa présentation, le Premier secrétaire, Driss Lachguar, a passé en revue ces développements qui nécessitent vigilance et prudence, en plus de la responsabilité qu'il faut assumer sur les fronts institutionnel, exécutif et législatif. Il a également souligné que l'Union socialiste des forces populaires est fidèle à ses engagements et cohérente en matière d'édification d'institutions confortées par les lois et les règlements et orientées vers l'avenir afin de gagner le pari du développement et de la démocratie aux niveaux national et régional.

Le Premier secrétaire s'est, par ailleurs, félicité du dynamisme des différents organes du parti, aux niveaux national, régional et provincial, conformément à la dynamique lancée par le parti à l'occasion du 60ème anniversaire de la création de l'Union socialiste des forces populaires.

Driss Lachguar a également mis en lumière les différentes propositions visant à accélérer le rythme de l'action du parti à l'horizon des prochaines échéances qui feront l'objet d'un débat au sein du Conseil national qui aura lieu en fin d'année.

En débattant de la présentation du Premier secrétaire, le Bureau politique a exprimé sa préoccupation au sujet des différentes défaillances qui ont affecté le fonctionnement de la majorité et qui ont été mises en lumière lors du débat et du vote de la loi de Finances 2020, et en particulier l'article 9 qui pourrait porter atteinte à l'action de ladite majorité.

Le Bureau politique a examiné les différents obstacles qui entravent l'homogénéité de la majorité et qui ont trait aux amendements apportés aux projets de loi. Lesquels amendements auraient dû être débattus entre les leaders de la majorité et les présidents de ses groupes parlementaires en vue de trouver un consensus les concernant.

Par ailleurs, le Bureau politique s'est arrêté sur les sorties irresponsables de certains leaders de la majorité, appelant à cet effet les dirigeants des partis qui la constituent à une réunion d'urgence afin de pouvoir régler ces dysfonctionnements.

Le Bureau politique a pris acte également des différentes lois soumises au Parlement ; des lois à caractère social sensible dont tout traitement avec un esprit partisan étroit, pourrait constituer un danger pour la société et l'Etat.

Le Bureau politique a insisté, dans ce cadre, sur la nécessité d'agir sur le plan législatif avec le même esprit que celui visant l'édification de l'Etat et de la société et de pousser vers son élargissement pour garantir les droits des citoyens et délimiter leurs obligations à travers la précision dans la mise en place des lois, la non-restriction de ses dispositions, et ce en application de l'esprit de la Constitution afférent à la responsabilité et à la reddition des comptes.

Le Bureau politique appelle l'ensemble des Ittihadi(e)s à poursuivre leur adhésion à la défense des valeurs du parti et de ses convictions en matière d'action institutionnelle, de moralisation, de lutte contre la prévarication au sein de la société, et ce via l'instauration de relations ouvertes avec l'ensemble des citoyennes et citoyens, la communication et l'invitation à conforter et à développer la vision ittihadie relative à la diffusion des valeurs de démocratie, de modernité et de développement.

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.