Ile Maurice: Carburant - La situation de l'essence s'avère alarmante

6 Décembre 2019

La hausse du nombre de plaintes d'automobilistes sur la qualité de l'essence a fini par faire bouger les autorités. Une enquête est en cours pour trouver d'où viendrait la faille.

Attachez vos ceintures. Car il semble bien qu'il y ait un problème avec l'essence livrée à Maurice. Hier après-midi, jeudi 5 decembre, une réunion d'urgence a eu lieu entre le ministère du Commerce et des concessionnaires de voitures.

Si l'information devrait être rendue publique dans les jours à venir, la principale raison de cette réunion, selon des sources concordantes, est que le nombre de plaintes d'auto-mobilistes à leurs concessionnaires ne cesse d'augmenter.

Depuis fin octobre, les plaintes sont passées d'une centaine à plus de mille à ce jour. Ces consommateurs décrient la qualité du carburant destiné aux véhicules roulant à l'essence.

De plus, il y a des points communs entre les véhicules affectés : pré-allumage avec perte de puissance et essence qui se consume à la vitesse de l'éclair.

Contacté en fin d'après-midi hier, le ministre du Commerce et de la protection des consommateurs, Yogida Sawmynaden, est resté évasif sur cette réunion.

Cependant, il a admis que des échanges d'informations se font en ce moment concernant l'essence. «Nous travaillons en étroite collaboration avec ceux concernés pour trouver d'où vient le problème», a indiqué le ministre.

Yogida Sawmynaden a déclaré qu'une enquête se fait au niveau de la State Trading Corporation (STC) pour analyser la qualité de l'essence.

Cela, même si, le 18 novembre, un communiqué de la STC pour «rassurer le public» avait indiqué que l'essence disponible sur le marché respecte «les normes contractuelles et est de la même qualité que les précédentes livraisons».

Dans ce communiqué, la STC avait également assuré que des tests de qualité sont effectués sur les produits pétroliers par des inspecteurs indépendants possédant des accréditations internationales avant l'embarquement sur le navire et qu'une deuxième batterie de tests est effectuée lorsque les pétroliers débarquent au pays afin de s'assurer que les produits livrés correspondent aux normes requises.

Du côté de la Motor Vehicle Dealers Association (MVDA), il semble qu'il y ait une gêne. Mrinal Teelock, secrétaire général de l'association, a voulu garder le silence sur le sujet.

Pour rappel, c'est la MVDA qui avait tiré la sonnette d'alarme concernant les plaintes des consommateurs le 15 novembre à travers un communiqué.

L'association se disait inquiète après avoir enregistré plus d'une centaine de plaintes en deux semaines. Elle avait même demandé à la STC d'initier une enquête car les cas augmentaient de jour en jour, indiquant que les voitures affectées étaient enregistrées comme neuves à Maurice.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.