Sénégal: La problématique des chômeurs diplômés

Le taux de chômage est d'environ 15%, mais les Sénégalais les plus diplômés sont les plus touchés. D'après les chiffres 2017 de l'agence de la statistique, le taux de chômage des titulaires d'un Bac+2 était supérieur à 27%.

Cela fait plusieurs années que Yves Nzalé a fini ses études à l'université Cheikh Anta Diop de Dakar. Mais ce diplômé en droit public option internationale y revient souvent, pour « rester dans le bain », dit-il : « C'est comme un sportif, il a besoin tout le temps de s'entraîner.

Quand vous êtes dans l'ambiance universitaire, c'est la recherche, c'est le débat intellectuel, il y a tout le temps une mise à jour des connaissances pré-acquises. »

Pas de politique de recrutement transparente

Titulaire d'un master en 2014, Yves Nzalé rêvait d'une carrière de diplomate, mais : « Après avoir obtenu le diplôme, le plus dur est à vivre. C'est la traversée du désert, c'est la galère. Vous pouvez déposer 200, 300 CV sans avoir même une possibilité d'entretien.

Il n'y a pas d'emploi. Il n'y a pas de vision d'emploi, surtout à cause de certaines pratiques liées à la politique de recrutement, l'absence de concours. Il n'y a pas une politique sérieuse d'emploi. Malheureusement, c'est ce qui pousse beaucoup de jeunes à partir à l'étranger. »

Bilali Keita, 35 ans, a fait cinq ans d'études en droit privé. II est spécialisé en contentieux des affaires : « Je suis diplômé depuis 2015.

Depuis lors, on est assis comme ça à attendre. On espérait être recruté dans le cadre de l'administration sénégalaise, pouvoir en quelque sorte apporter notre pierre à la construction du pays.

Mais lors des recrutements, vous entendez que telle personne qui n'a ni profession ni diplôme est recrutée. Donc, vous vous découragez. La question est de savoir : est-ce que ça valait la peine d'étudier ? »

En attendant de trouver mieux, Bilali Keita se contente de petits boulots, un peu de commerce, et donne des cours dans des établissements privés.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.