Sénégal: SIDA des armées - 0,3% aussi bien dans la gendarmerie que l'armée

6 Décembre 2019

Avec une prévalence de 0,3% aussi bien pour la Gendarmerie que pour l'Armée, le Sénégal a aujourd'hui le taux de prévalence le plus bas en Afrique Sub Saharienne en termes d'infection au VIH. C'est en substance ce qui ressort d'une rencontre sur la prévalence du Sida dans les Forces de Sécurité qui se tient actuellement à Kigali (Rwanda).

Dans une note qui nous est parvenue, le Colonel Babacar Faye, coordonnateur du Programme de lutte contre le Sida dans les Forces armées sénégalaises, en a profité pour revenir sur «la prévalence de 0,3% aussi bien pour la Gendarmerie que pour l'Armée en 2016 (Enquête nationale de la surveillance combinée de Décembre 2015).

La prévalence chez les militaires était de 0,7% en 2006 soit une baisse de plus de 50%. Cette enquête menée par le CNLS a révélé que les militaires et les gendarmes étaient les moins touchés parmi 9 types de populations, avec une prévalence de 0,3% contre 0,5% au niveau national.»

En effet, dans le cadre de la Conférence internationale sur le Sida et les infections sexuellement transmissibles en Afrique (ICASA) qui se tient présentement à Kigali au Rwanda, une session a été consacrée aux programmes militaires de lutte contre le Sida. Le but est de faire un état des lieux de 17 ans de lutte contre cette pandémie dans les Forces de sécurité.

Ainsi, trois (03) pays ont été invités à partager les résultats de leur programme. Il s'agit de l'Ouganda, du Rwanda (pays hôte) et du Sénégal représenté par le Colonel Babacar Faye, représentant du ministère des Forces armées au niveau du Conseil national de lutte contre le Sida (CNLS). Le programme a comme cible les militaires, les gendarmes, leurs familles et dans un concept armée-nation toute la population sénégalaise.

Le programme militaire de lutte contre le Sida s'appuie sur le système de santé des Armées pour prendre en charge toutes les personnes vivant avec le VIH, sans distinction d'appartenance, avec une prédominance à de plus 95% de civils, renseigne le texte.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.