Sénégal: Adoption du budget du ministère du tourisme et des transports aériens - Alioune Sarr décline sa vision de hub aérien et touristique

6 Décembre 2019

Les députés ont voté hier, jeudi, le projet de budget 2020 du ministère du Tourisme et des transports aériens, arrêté à la somme de 21 712 271 120 FCFA. A l'adoption dudit projet, le ministre Alioune Sarr a annoncé que pour 2020, l'objectif global de la politique de département vise à atteindre le cap de 3 millions de touristes par an à partir de 2023 et de faire de Dakar le hub aérien sous-régional avec un trafic passant de 5 millions de passagers en 2023 à 10 millions de passagers en 2035.

«Sur une visée de 1 500 000 touristes en 2018, le Sénégal en a enregistré 1 610 000 contre 1 365 000 en 2017, soit une hausse de 17,9%», a indiqué hier Alioune Sarr, ministre du Tourisme et des Transports aériens lors de l'adoption du projet de budget 2020 de son département, chiffré à 21 712 271 120 FCFA.

Parallèlement, poursuit-il: «Le nombre de passagers enregistrés à l'aéroport international Blaise Diagne (Aibd) dans la même période est estimé à 2 379 555 passagers, soit une croissance de 10%».

Toujours selon le ministre, «Au 31 décembre 2019, le nombre de passagers est de 2 058 009 passagers, soit une hausse de 6,11%, comparé au nombre de passagers enregistrés au 31 octobre 2018».

Ainsi, dira le chef des départements du tourisme et des transports aériens ; «Selon nos prévisions, la barre des 2 500 000 de passagers sera atteinte au 31 décembre 2019».

Il expliquera: «Et c'est d'ailleurs dans cette logique de gestion axée sur la performance que j'ai commandité lors de la commission de l'économie une étude portant sur l'élaboration d'une stratégie opérationnelle intégrée tourisme et transports aériens pour fixer les bases d'une parfaite synergie entre le tourisme et transport aérien aux fins de disposer d'un mécanisme harmonisé de suivi de ses indicateurs».

S'agissant du renforcement dudit mécanisme, le ministre Sarr affirmera qu' «Avec l'appui de la Banque mondiale, nous avons lancé un appel d'offre pour la mise en place d'un système d'informations tourisme et transports aériens devant permettre de disposer des bonnes statistiques des deux secteurs».

Aux interpellations des députés relatives au développement de l'offre touristique, particulièrement le tourisme religieux, le ministre dira: «Dans les prochaines semaines, nous mènerons de concert avec toutes les parties prenantes des travaux qui, sans doute, nous permettront de dégager une stratégie coordonnée à même de donner des réponses aux problèmes soulevés».

A ce propos, souligne le ministre: «Je dois rappeler que si un secteur touristique réussit, c'est une mise en tourisme de l'ensemble du pays. Et... en mettant en place un tourisme religieux, c'est tout un ensemble de synergies, de segments et de forces politiques qui vont s'y joindre».

La diversification de l'offre touristique poussera le ministre à relever que les autres potentiels sites touristiques inexploités comme les chutes de Dindefelo qui offrent de bonnes perspectives dans le développement de l'écotourisme «doivent nécessairement être valorisés parmi tant d'autres pour diversifier l'offre touristique... ». A cela, s'ajoute «l'offre sur le capital spirituel», souligne-t-il.

LES DEPUTES INVITES A VOYAGER VIA AIR SENEGAL

Interpellé sur la stratégie d'Air Sénégal pour concurrencer les vieilles compagnies opérant dans la sous-région, le ministre a fait remarquer avec fierté que «le Sénégal a bel et bien mis en place une stratégie qu'aucun de ces pays n'avait réussi à mettre en place auparavant.

C'est-à-dire opter pour un hub aérien en développant le transport aérien régional, à travers la réhabilitation et la construction des aéroports régionaux». Enfin, le ministre d'inviter tous au patriotisme singulièrement les députés de voyager via Air Sénégal.

«Vous, les députés, je vous exhorte à prendre Air Sénégal, toutes les fois que vous voyagez. Avec ce deuxième avion réceptionné mercredi dernier, nous allons desservir le Maroc, Abidjan, Bissau, Praia, Banjul, Conakry.

A partir du 12 décembre prochain, les villes de Marseille et Barcelone seront desservies. Avril 2020, Air Sénégal desservira Genève et Londres. Et en juin, ce sera le tour de Washington...».

Le 31 juillet passé, le Sénégal est autorisé à survoler le territoire européen

Réagissant à l'interpellation du député Mamadou Lamine Diallo sur l'immatriculation de deux avions A330 Neo acquis dans le cadre de ses lignes internationales, avec la préférence Malte au détriment de l'Agence nationale de l'aviation civile et de la météorologie (Anacim), le ministre se veut rassurant.

«C'est juste une question de licence. Au fait, au moment du démarrage, nous n'avions pas de licence pour survoler l'espace européen. Et comme cet espace est réglementé, il nous fallait nécessairement trouver une compagnie détentrice d'une licence à même de nous couvrir pour desservir.

Depuis, le 31 juillet dernier, le Sénégal est autorisé à survoler le territoire européen. Donc, à partir de janvier 2020, le contrat liant Air Sénégal et la compagnie Malte ne sera plus valable.».

Toutefois, «je tiens à rappeler qu'en Afrique sur une soixantaine de compagnies, seules 19 compagnies sont autorisées à survoler le territoire européen».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.