Cameroun: Marthe Angeline Minja - « Le CIF 2019 A été un succès »

interview

La troisième édition du Cameroon Investment Forum vient de s'achever à Douala. Voici l'interview bilan du directeur général de l'Agence pour la Promotion des investissements (API), Marthe Angeline Mindja.

Madame le Directeur Général, quel bilan faites vous de cette troisième édition du Cameroon Investment Forum ?

A l'entame de cette interview, permettez moi de remercier les différents organes de médias parmi lesquels la Société de Presse et d'Edition du Cameroun (SOPECAM) pour l'accompagnement qu'ils ont bien voulu offrir à l'Agence de Promotion des Investissements (API) dans le cadre de la préparation et la tenue de la troisième édition du Cameroon Investment Forum (CIF 2019) dont les lampions viennent de s'éteindre le 29 novembre 2019.

Ceci après trois journées de réflexions et d'échanges sur le thème de grande actualité à savoir : «

L'industrialisation à travers l'import-substitution : focus sur l'aquaculture, la riziculture et la maïsiculture. »

Pour revenir à votre question, il me plaît de préciser que pour cette édition du CIF, l'objectif général était de faire reconnaître à grande échelle aux investisseurs nationaux et étrangers les efforts déployés par le Gouvernement.

Des efforts qui contribuent au renforcement de la résilience de l'économie Camerounaise en encourageant la mise en œuvre des projets pouvant inverser la tendance actuelle de la consommation par l'import-substitution.

A cela s'ajoute les possibilités de participation et de cofinancement qui sont offertes aux investisseurs afin de parvenir à un changement de paradigme économique sur la promotion locale en produits de consommation de base tels que le poisson, le riz et le maïs.

Le déroulement des travaux du CIF 2019, sur le plan technique a permis aux nombreux participants issus de la communauté nationale et internationale des affaires de mettre le pieds sur la pédale à travers six panels de discussions dont deux ministériels et quatre sur des thèmes ayant débouché sur l'identification et la mise en exergue des segments critiques des chaînes de valeurs des filières aquaculture, riziculture et maïsiculture, sur lesquels il va falloir agir pour ce changement de paradigme liés au sujet central.

Par ailleurs, d'autres articulations ont meublé ces travaux parmi lesquels la deuxième édition du marché de l'investissement au terme de laquelle plus de 40% des projets sélectionnés par l'API avec l'appui technique d'un cabinet d'expertise ont suscité l'intérêt des partenaires techniques et financiers.

Au vue de la qualité de la participation, de l'engagement observé auprès des acteurs concernés ainsi que des résultats auxquels les travaux ont abouti, je peux affirmer sans ambages que le CIF 2019 a été un succès.

Les engagements pris dans le cadre du Marché de l'Investissement vous semblent-ils réalistes au regard des relations pas toujours harmonieuses entre les porteurs et promoteurs de projets d'investissement et les banques ainsi que les partenaires au développement ?

Le rôle de l'API est d'assurer la facilitation, et un accompagnement efficace dans le cadre de la réalisation des opérations d'investissement.

Ainsi l'API ne saurait se substituer aux acteurs concernés dans le processus d'implémentation de projets.

Que ce soit pour les banques ou pour les porteurs et promoteurs de projets d'investissement, l'API joue le rôle de catalyseur, laissant chaque acteur jouer son rôle.

L'objectif final étant la consolidation de la croissance économique et in fine l'atteinte de l'émergence à l'horizon fixé, à travers la mise en œuvre du Plan Directeur par la densification de notre tissu industriel.

Il s'agit désormais pour l'API de veiller à la mise en place d'un mécanisme de suivi opérationnel des engagements ainsi pris.

Que pourriez-vous dire aux acteurs impliqués dans ce vaste chantier de l'industrialisation à travers l'import substitution?

Mon message est le suivant : nous venons de prendre le train de la réalisation des Grandes Opportunités qui constitue le fer de lance du projet de société du Chef de l'Etat, Paul Biya, pour le septennat en cours.

Nous devons être ensemble, jusqu'à la gare. Le processus ainsi entamé va se poursuivre et se consolider à l'effet de produire les résultats escomptés.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.