Congo-Kinshasa: Nord-Kivu - 174 civils ont été tués par l'ADF depuis le lancement des opérations d'envergure à Beni

6 Décembre 2019

L'assaut final contre les groupes armés à l'Est de la RDC avait été lancé le 30 octobre dernier par le chef d'État major général des FARDC. Depuis, l'armée congolaise communique ses victoires sur l'ennemi ADF, auteur des massacres des milliers des civils dans la région. Cependant, les rebelles, eux, ont repris les poils de la bête, attaquant souvent à l'insu de l'armée, des agglomérations et des villages.

Dans un communiqué rendu public jeudi 5 décembre après une double attaque des ADF qui a de nouveau fait 24 morts en territoire de Beni, le Centre d'Etudes pour la promotion de la Paix, la démocratie, les Droits de l'Homme, ( CEPADHO), a présenté le chiffre de son monitoring depuis le début des opérations dites d'envergure dans la zone.

L'ONGDH parle de 153 civils qui ont froidement été abattus à la machette ou à l'arme en feu au cours des incursions et des embuscades nocturnes et diurnes leur tendues par les djihadistes ADF en ville et territoire de Beni.

En effet, les rebelles ont encore pris d'assaut 2 agglomérations du territoire de Beni jeudi 5 décembre. Selon le CEPADHO, c'est vers 4h du matin que les islamistes ont attaqué Kolikoko, cellule périphérique du quartier Mabasele, en commune rurale d'Oicha, chef-lieu du territoire. Là, 10 personnes ont été abattus à la machette. A l'une des victimes, les assaillants ont complètement coupé la tête qu'ils ont mise dans une casserole exposée au lavabo servant de dispositif de lavage des mains situé à une barrière de péage-route sur place. Et les mains de quelques victimes ont toutes été coupées. Les assaillants ont alors pris la bible d'un de ces habitants, la plongeant dans le sang des cadavres.

Ensuite, au cours de la journée, ces djihadistes ont perpétré un autre carnage un peu plus loin à l'Ouest, dans l'entité de Mantumbi où 14 civils ont été tués au tour de 14h. 4 civils dont 2 hommes et 2 femmes y ont été assommés en plein centre de l'agglomération, alors que d'autres l'ont été dans les périphéries.

Cependant, le bilan du massacre de Mantumbi a été revu à la hausse, passant de 14 à 21, selon la société civile. Ce qui augmente le nombre des civils victimes, soit 174 pendant 35 jours, si l'on s'en tient au chiffre donné par le CEPADHO.

L'ONGDH déplore également que des miliciens Mai-Mai servent de béquilles à l'ennemi mais aussi condamne leurs tentatives d'attaquer la base locale de MSF pour insécuriser les équipes engagées dans la riposte contre Ebola et saboter les efforts mis en oeuvre.

Plus de 700 Mai-Mai rejoignent les FARDC pour combattre l'ADF

Rangés autour de leur leader, au total 707 miliciens Mai-Mai se sont rendus jeudi 5 décembre aux autorités militaires à Mayimoya en territoire de Beni. A les en croire, c'est en réponse à l'appel du chef de l'État qui veut refaire la paix tant négociée dans la région, demandant ainsi aux groupes armés de rejoindre la voie légale et participer à cette campagne de restauration de l'autorité de l'État.

D'ailleurs, c'est le même message que leur a apporté le Général Mukulu, conseiller spécial du chef d'Etat major général des FARDC, lors de son adresse devant eux.

« Je suis surpris de vous retrouver très nombreux dans ce campement. En vous voyant, je me rends compte que le Congo va recouvrer la paix. Nous sommes là pour répondre à l'appel de vos leaders qui ont eu le message du chef de l'État, qui a le souci d'en finir avec les groupes armés étrangers qui écument la région. Le président Tshisekedi veut que tous les enfants du pays puissent s'unir en vue de chasser cet ennemi », a-t-il dit.

Et, soucieux de voir la disparition de l'ADF, le leader de la milice, monsieur Muhasa Uhuru Kasereka, a indiqué que sa troupe a décidé d'apporter son appui aux efforts mis en œuvre.

« Nous n'avons qu'un seul objectif. Nous savons que l'unique ennemi du Congolais dans la région, c'est l'ADF. Notre souci, c'est d'aider le pays à chasser cet ennemi du territoire national. C'est possible si nous unissons nos forces. On est 707 éléments. »

Il sied d'indiquer que le campement des Mai-Mai Uhuru basé à Mayi-Moya Baoba est automatiquement devenu un centre de reddition de tous les autres miliciens qui désireront de travailler sous le drapeau.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.