Togo: Non aux juges de rue

6 Décembre 2019

La prévalence de la justice populaire dit quelque chose du système judiciaire au Togo.

Elle dit quelque chose de la perception ou du peu de confiance que les citoyens ont à l'égard de la justice.

Un voleur en fuite ou un présumé violeur peut être lynché par la population sans autre forme de procès.

Ces incidents sont fréquents et peuvent être mortels. Les juges de rue estiment qu'il s'agit d'un acte légitime de défense.

56 'victimes' ont été recensées depuis le début l'année par les services du ministère de la Justice.

Blaise Komlan Narteh-Messan, le directeur de cabinet du ministre des Droits de l'homme, a rappelé certaines évidences : 'La justice est rendue par les institutions relevant du pouvoir judiciaire, suivant des procédures clairement définies à l'avance par des magistrats assermentés'.

Certes, mais la population n'adhère pas forcément à cette logique.

Un forum national de réflexion sur la vindicte populaire est organisé vendredi à Lomé. Il rassemble des acteurs de la société civile, des représentants de l'Etat et des magistrats.

La population a le sentiment, vrai ou pas, d'être abandonnée par la police. Elle estime que la justice populaire est le meilleur moyen de punir les agresseurs.

Les pouvoirs publics devront rapidement trouver des solutions.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Togonews

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.