Congo-Brazzaville: Pluies diluviennes - La société E2C déplore d'importants dégâts sur ses installations électriques

D'après le directeur général adjoint, Adou Danga, l'entreprise a dû dépenser plus d'un milliard francs CFA pour réparer les pylônes et transformateurs endommagés.

Les violents orages de ces derniers jours à Brazzaville et dans les localités périphériques ont arraché des poteaux et détruit des câbles de la société Énergie électrique du Congo (E2C). Ces intempéries ont entraîné de nombreuses coupures d'électricité et plongé une bonne partie de la capitale dans le noir.

Face à la presse nationale, le 4 décembre, Adou Danga a indiqué que des efforts sont en train d'être déployés pour la reprise d'une meilleure desserte en électricité.

« Nous avons fait des efforts pour éviter des érosions. Les pluies diluviennes qui se sont abattues ces derniers jours ont entraîné des dégâts importants estimés à environ un milliard francs CFA. Au moment où je vous parle, il y a un pylône 220 qui est encore tombé », a déclaré le directeur général par intérim de l'E2C.

En effet, l'entreprise publique est sous le feu des critiques à cause de sa mauvaise politique de distribution de l'électricité. En pleine réforme depuis 2018, l'E2C peine à satisfaire les attentes du public.

Signalons que les dirigeants de la société ont annoncé le démarrage, à partir du 10 décembre, d'une opération anti-fraude à Brazzaville puis sur toute l'étendue du territoire national. Ils vont également remplacer les compteurs chez certains de leurs clients.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.