Congo-Kinshasa: Insécurité à l'Est de la RDC - Emmanuel Kamanzi met en cause la responsabilité de l'Etat

7 Décembre 2019

Se confiant exclusivement à lepotentielonline.net, le samedi 7 décembre, Emmanuel Kamanzi, notable de la province du Nord-Kivu, appelle les autorités congolaises à prendre leurs responsabilités face à ce qui se passe dans le territoire de Beni et dans les Hauts plateaux du Sud-Kivu où des populations sont tuées quotidiennement suite à l'insécurité causée d'une part par les rebelles ougandais ADF et d'autre part à cause d'un conflit communautaire récurent.

Pour le cas de Beni, Emmanuel KAMANZI dans son approche, privilégie la piste de collaboration civilo-militaire, qui selon lui est l'une de meilleures voies pour mettre fin à cette guerre asymétrique que subit la population du territoire de Beni.

« L'échange d'information entre les civils et les militaires FARDC devrait être un élément majeur à prêcher aux uns et autres pour que l'ennemi qui se trouve dans la population puisse être dénoncée par cette dernière« , indique Emmanuel KAMANZI.

ce notable du Nord-Kivu, spécifie également que la prise en charge totale de l'armée et de la police Nationale congolaise par les autorités du pays devrait être au rendez-vous pour que ceux qui combattent sous le drapeau du pays se sentent soutenus par l'ensemble du pays et cela un élément majeur qui va conduire à la fin de cette guerre et faira éviter la clochardisation des forces du pays tel que constaté aujourd'hui.

Non à l'intox politique

» Il y a de ces politiques qui sont dans la démarche de diviser les communautés avec des mensonges cousus de tout genre pour cette fin et nous dénonçons cela » ajoute-t-il.

Il renchérit en fustigeant la désinformation et la manipulation qui s'observent ces jours-ci concernant le départ des forces onusiennes de la MonusCo.

« Comme les forces onusiennes venaient d'être secouées par la population, il faut maintenant les mettre devant leurs responsabilités. Elles doivent sans condition appuyer les Forces armées de la République Démocratique du Congo. les faire partir si brusquement serait une entorse diplomatique, c'est juste une question de réaménager au sein de cette MonusCo des éléments qui sont d'obédience islamique » souligne Emmanuel KAMANZI.

Une collaboration sous-régionale à mettre en œuvre

Il poursuit en mettant également en exergue l'approche de la collaboration sous-régionale au niveau de la CIRGL, avec des pays tels que le Rwanda et l'Ouganda en ce qui concerne les échanges d'information. avant de noter que la synergie des efforts du Gouvernement congolais, de sa population, des pays voisins directs à la RDC ainsi que de toute la communauté internationale conduira à la fin de cette rébellion dans la province du Nord-Kivu.

À lui de recommander également aux autorités de se référer au schéma utilisé en 2012 à travers la conjonction des Forces de la MonusCo, des FARDC, de la police et de la population qui ont concouru au déclin des rebelles M23 dans le territoire de Rutshuru.

Complicité autour du cas des Hauts-plateaux au Sud-Kivu

« Par la même occasion, je condamne aussi l'épuration des « Banyamulenge » dans les Hauts plateaux de la province du Sud-Kivu. Et malheureusement cela se passe au vu et au su du Gouvernement et de la communauté internationale. Il y a manifestement une ignorance et une complicité là dessus. Il faut donc que cette communauté marginalisée puisse être rétablie dans ses droits pour une meilleure cohabitation pacifique entre communautés tel que le prône le chef de l'État de la RDC » conclut-il.

Cependant à Beni tout comme dans les Hauts plateaux du Sud-Kivu, les autorités du pays disent se mettre à pied d'œuvre pour ramener la paix, une démarche que soutient Emmanuel KAMANZI.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.