Algérie: Présidentielle-débat - Les candidats présentent leur vision de traitement les revendications du Hirak populaire

Alger — Les prétendants à la Présidentielle du 12 décembre prochain ont présenté vendredi soir leur vision pour traiter les revendications sociales et politiques soulevées par mouvement populaire (Hirak), notamment celles relatives au changement politique.

Lors du débat télévisé organisé par l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) au Centre international de conférences (CIC) d'Alger, les candidats à la prochaine élection présidentielle, qui ont pris la parole selon le tirage au sort organisé à cette occasion, ont livré à l'opinion publique leur démarche pour répondre aux revendications du "Hirak".

Ali Benflis, président de Talaie El Hourryet, a indiqué que sa participation à la présidentielle était "au service du peuple", assurant qu'il "assume les aspirations du peuple algérien" au changement et à la satisfaction des revendications soulevées par le Hirak du 22 février.

Le président de Talaie El Hourriyet s'est engagé, en cas de victoire à cette élection de réaliser son programme "dans sa totalité" et qui repose essentiellement sur "la consolidation du front intérieur". Il n'a pas précisé avec exactitude ce qu'il entend par "front intérieur".

De son côté, le candidat Azzedine Mihoubi a affirmé que son programme "prévoit plusieurs réponses" aux revendications populaires, s'engageant à les mettre en œuvre s'il est élu président de la République.

Après avoir promis de faire du 22 févier "une journée de la souveraineté populaire", M. Mihoubi, qui assure l'intérim du SG du RND, a indiqué qu'il préservera "le caractère pacifique de ce Hirak", soulignant que le dialogue "est le socle" pour édifier une République d'institutions et une Algérie réconciliée avec "elle même"et fraternelle.

Abdelkader Bengrina du parti Al Bina s'est félicité quant à lui des réalisations du Hirak populaire au niveau politique, disant que le peuple "a donné une leçon au pouvoir et "a fait échouer le 5ème mandat" que briguait le président démissionnaire Abdelaziz Bouteflika.

Il a ajouté que le Hirak populaire a permis de concrétiser plusieurs revendications, s'engageant à satisfaire "le reste". Il a promis également, s'il est élu président de la République, d'ouvrir un dialogue global avec les opposants de cette élection".

Qualifiant le Hirak de "révolution", le candidat Abdelaziz Belaid a mis l'accent par ailleurs sur la nécessité d'"adopter de nouvelles méthodes avec de nouvelles mentalités pour aller vers une nouvelle République".

Le scrutin du 12 décembre est "un nouveau départ pour l'Algérie" pour l'édification d'une République basée sur le principe de l'Etat de droit, d'institutions et de libertés", a estimé le président du Front Moustakbel, soulignant qu'il était "grand temps pour remettre le flambeau à la génération de l'indépendance".

Pour sa part, le candidat Abdelmadjid Tebboune s'est engagé à être "fidèle aux revendications du Hirak", le qualifiant de "bénédiction" car il a fait éviter à l'Algérie des catastrophes".

Il a salué également le rôle pivot de l'Armée nationale populaire (ANP) dans l'accompagnement du "Hirak", déclarant que "c'est grâce à l'ANP que nous somme arrivés à ce stade".

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.