Centrafrique: Soupçons d'abus sexuels - Le président de Caritas se défend

En Centrafrique, l'ancien secrétaire nationale de l'ONG Caritas, le père Luk Delft, fait l'objet d'une plainte à Bangui, après avoir été condamné en 2012 en Belgique pour abus sur mineur. Président de Caritas en Centrafrique, le cardinal Nzapalainga a donné sa version des faits sur cette affaire.

Chaque évêque est responsable de la section locale de Caritas. L'évêque de Kaga Bandoro dans le centre de la RCA, monseigneur Vanbuel, a donc fait venir le père Luk Delft en 2013. Puis, le secrétaire national, blessé par balle, a dû être évacué.

Président de Caritas en Centrafrique, le cardinal Nzapalainga s'est alors tourné vers le père Luk Delft pour le remplacer. « À ce moment-là nous avons écrit au supérieur des pères salésiens pour leur demander : "Nous voulons confier une responsabilité", raconte-t-il. Si les supérieurs nous avaient écrit pour nous dire "arrêtez c'est quelqu'un à problème" ou "il y a une situation grave", je pense que vous pourrez nous accuser en disant "vous avez reçu une réponse". Ils ont accepté que nous puissions le prendre. Quand nous avons été alertés encore par une psychothérapeute, nous leur avons écrit pour dire il semble qu'il y a quelque chose. Ils ont dit "on peut lui donner une nouvelle chance" ».

Le cardinal connaît donc le passé du père et décide de lui laisser sa chance. Mais au mois de juin, la chaîne de télévision américaine CNN qui enquête sur le terrain alerte sur de nouveaux cas. « Immédiatement, quand nous avons appris, on a demandé la démission du père, poursuitle cardinal Nzapalainga. Ceux qui pensent que nous, nous avons caché le père pour l'envoyer en Europe, c'est faux. L'Église a porté plainte le 7 octobre au niveau du tribunal de Bangui par rapport à cette situation. Nous ne sommes pas là pour cacher ni masquer la vérité ». Le Cardinal dit avoir été convoqué par la Section recherche et investigation (SRI). Il affirme attendre que la justice fasse son travail.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.