Congo-Kinshasa: Agriculture - Cinq zones agro-industrielles en voie d'être créées en RDC

Le ministre de tutelle, Jean Joseph Kasonga, a indiqué, le 7 décembre lors de la signature du contrat avec le fonds d'investissement dénommé "Vital capital", que le projet ambitieux va notamment créer l'emploi pour les Congolais et les nourrir.

Le projet de création des zones spéciales d'agro-industrialisation, dont les prémices ont été posées en mars dernier à la faveur de l'entretien que le chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, avait eu avec le patron de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwimi Adesina, vient d'atteindre sa phase de maturation. Censé impliquer des investisseurs privés pour le développement des milieux ruraux en République démocratique du Congo (RDC), ce projet est traduit en acte au travers d'un contrat conclu le 7 décembre, entre, d'une part, le gouvernement congolais représenté par le ministre de l'Agriculture, Jean Joseph Kasonga, et d'autre part, le fonds d'investissement dénommé "Vital capital".

Les capitaux attendus de cette institution financière pilotée par ces investisseurs privés serviront à l'exploitation agro-industrielle dans cinq zones spéciales à travers le pays. Les sites concernés se trouvent dans les provinces du Kongo central, du Grand Kasaï (Kasaï, Kasaï oriental et central), du Grand Katanga (Tanganyika, Haut-Lomami, Lualaba et Haut-Katanga), du Grand Bandundu (Kwilu, Kwango et Maï-Ndombe) ainsi que dans l'ancienne province Orientale (Bas-Uélé, Haut-Uélé, Tshopo et Ituri).

« Nous voulons que ce travail donne du boulot, donne à manger à nos compatriotes parce qu'à l'heure actuelle, nous importons pour au moins deux milliards de dollars américains chaque année », a indiqué le ministre Jean Joseph Kasonga dans son adresse. En retour à l'assistance dont elle est bénéficiaire de la part de ces investisseurs, la RDC entend leur garantir un appui sérieux sur le plan du climat des affaires, en veillant à la stricte application des lois y afférentes pour protéger leurs investissements. Le financement disponibilisé est de l'ordre de cent cinquante millions de dollars et pourrait, de l'avis des experts, booster le secteur agricole et favoriser l'agro-industrie pour atteindre l'autosuffisance alimentaire en très peu de temps.

La diversification de l'économie congolaise qu'a toujours prônée le chef de l'Etat vient d'entrer dans sa phase décisive. Le défi est de combattre la malnutrition par le biais de ces zones spéciales d'agro-industrialisation à établir près des lieux de production agricole. Bien plus, ces zones spéciales seront dotées d'infrastructures énergétiques, de transport et de communication pouvant favoriser la création locale de la valeur ajoutée par le développement des chaînes de production agricoles et leur transformation locale.

« L'agro-business représentera mille milliards de dollars d'ici à 2030. Si vous ne vous engagez pas dans l'agro-industrie, les autres viendront tout prendre », avait averti, en son temps, président de la BAD. La RDC s'inscrit, d'ores et déjà, dans cette dynamique progressiste et innovante.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.