Kenya: Une législation visant à criminaliser le dopage d'ici 2020

Très souvent indexé de dopage, les athlètes kényans n'auront plus désormais aucun répit. Le ministère des sports a annoncé le 04 décembre dernier que tout auteur de dopage devra répondre devant la justice.

Des peines de prison ferme seront attribuées à tout athlète fautif a prévenu le ministre des sports Amina Mohamed. Une équipe serait déjà en place pour une législation visant à criminaliser le dopage d'ici 2020, rapporte Africanews.

Cette disposition intervient suite au scandale de corruption lié à un vaste système de dopage qui a secoué la Fédération internationale d'athlétisme ces dernières années.

Le scandale en question a fortement entaché l'image du Kenya dont 138 athlètes ont été épinglés en 2018 par un rapport de l'Agence mondiale antidopage.

Les sportifs kényans auraient été jusque-là épargnés par la loi du pays qui ne prévoit que des peines de prison pouvant aller jusqu'à trois ans pour le personnel de soutien impliqué dans des histoires de dopage, rapporte notre source.

La donne changera donc avec cette nouvelle disposition que prévoit le ministère.

Plus de: Africa Top Sports

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.