Cameroun: Le ministre de la Santé publique sommé de laisser le contrôle des aliments à l'Anor

7 Décembre 2019

La mise au point a été faite le 04 décembre dernier à Yaoundé ( capitale politique du Cameroun), par Delor Magellan Kamseu le président de la Ligue camerounaise des consommateurs ( Lcc).

Le président de la Lcc a fait une sortie le 04 décembre dernier en son siège à Yaoundé, pour fustiger la sortie de route du ministre camerounais de la Santé publique ( Minsante ) Manaouda Malachie. Selon Delor Magellan kamseu, le membre du gouvernement a le mois de novembre dernier, commis un communiqué dans lequel lui et ses Hommes, programment des descentes sur les marchés, afin de procéder aux contrôles des denrées alimentaires. " Cela n'est pas de la compétence du ministère de la Santé publique dont les missions principales sont la lutte contre les maladies et leur prévention. Le contrôle de la qualité des denrées alimentaires ne relève pas du portefeuille du Minsanté", a martelé le président de la Ligue camerounaise des consommateurs, Delor Magellan Kamseu, en conférence de presse à Yaoundé.

Et le Pdg de Conso TV de préciser que cette mission est du ressort exclusif de l'Agence nationale de la qualité ( Anor). " Il y a trop à faire au Minsanté. Les maladies tuent les Camerounais chaque jour, et ces maladies sont innombrables : le paludisme, le VIH Sida, la tuberculose.. Il y a donc trop à faire pour qu'un ministre de la Santé vienne se mêler du contrôle et de la qualité des aliments ", a indiqué Delor Magellan Kamseu. Et de poursuivre : " Manaouda Malachie est un ministre jeune et dynamique. Mais il est mal conseillé. Sur le cas du contrôle qualité des aliments, il a dérapé, parce que mal conseillé par des collaborateurs".

Pis encore, pour le président de la Lcc, Manaouda Malachie parle de " contrôle, de répression des infractions ". Une sortie de piste jugée grossière de la part du ministre de la Santé publique qui pour Delor Magellan Kamseu, s'embourbe dans l'illégalité totale, en précisant dans son communiqué, qu'il ferait des descentes sur les marchés, en compagnie des leaders d'Associations de défense des droits des consommateurs. " C'est encore là une violation flagrante de loi. Les Associations des consommateurs ne jouent pas un rôle de contrôle qualité. Leurs rôles se limitent à la sensibilisation et aux alertes", a précisé Delor Magellan Kamseu.

Ce dernier a toutefois reconnu que c'est l'absence effective de l'Anor sur le terrain, qui inspire d'autres administrations à vouloir faire son travail de contrôle qualité des marchandises. "J'invite donc l'Anor à être présente sur le terrain. La nature a horreur du vide."

Sur le volet de la disponibilité des denrées alimentaires pendant les fêtes de fin d'année, le président de la Lcc a précisé qu'aucune augmentation de prix n'est à accepter, et que les prix demeurent ceux homologués par le ministère du Commerce. Il n'est donc pas question pour Delor Magellan Kamseu, que les citoyens se laissent arnaquer au nom des fêtes de fin d'année. " Les denrées alimentaires conservent les mêmes prix, et sont disponibles. Il n'y a aucune pénurie ", a-t-il averti.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.