Algérie: La presse nationale qualifie le débat télévisé entre les 5 candidats "d'historique" et de "première"

Alger — Le dernier week-end de la campagne électorale pour la présidentielle du 12 décembre a été marqué par le débat télévisé entre les cinq candidats en lice, qualifié d'historique et de première en Algérie par la presse nationale paraissant samedi.

Le quotidien Horizons qui a consacré son éditorial à ce débat sous le titre "Une Première", a notamment relevé que "c'est bien la première fois dans l'histoire des élections présidentielles algériennes que les candidats s'affrontent dans un débat télévisé.

"Un débat qui n'a pas manqué d'exciter curiosité et l'intérêt des électeurs, mais surtout de donner du piment à une campagne qu'il faut bien se l'avouer, n'a pas été des plus passionnantes", a écrit la publication.

Pour l'Expression, ce débat télévisé est une "tradition qui s'installe", estimant que la confrontation entre les cinq postulants à la magistrature suprême a permis aux Algériens "de sasser et séparer le bon grain de l'ivraie".

Le Journal Ennahar a également ce débat d'"historique", relevant toutefois que "le dernier mot reviendra au peuple qui s'exprimera à travers les urnes". Le même tabloïd a relevé que les candidats ont paru, lors de ce débat, plutôt "crispés" et se sont évertués à expliquer leurs programmes électoraux respectifs au lieu d'aller vers un débat d'idées.

"Il reste que ce show médiatique est une première dans l'histoire de l'Algérie pour ainsi dire, une et réelle avancée démocratique dans la vie politique de notre pays", a écrit la même publication, estimant dans la conclusion de son commentaire que "le marketing politique est une spécialité en vogue et qu'il va falloir s'y mettre".

Analysant le discours prôné par chaque postulant, Ennahar a estimé que Azzedine Mihoubi a promis d'arrimer l'Algérie au rang des grandes nations en l'espace de sept ans, alors que Ali Benflis s'est engagé à réduire l'âge requis pour briguer les postes de responsabilité. De son côté Abdelmadjid Tebboune a promis de récupérer l'argent détourné et dilapidé, Abdelakder Begrina a fait savoir que son gouvernement sera constitué de jeunes compétents, alors que Abdzlaziz Belaid a promis de s'attaquer à l'argent sale.

Pour Ech Chaâb, le débat télévisé a été une "réussite" et aura constitué "un ultime examen pour les candidats", en attendant le verdict de l'urne. Le quotidien El Bilad qui a barré Une avec le titre "les candidats face à face", a noté que les cinq postulants se sont attaqués à l'anciens président de la République et se sont tous accordés à "réviser la Constitution, laquelle ne répond pas aux aspirations des Algériens".

Les autres publications sont revenues en détail sur le dernier week-end de la campagne électorale, à l'image de Midi Libre lequel a noté que "les candidats abattent leurs dernières cartes", notant qu'ils ont promis "de lever les entraves bureaucratiques et de lutter contre la corruption qui gangrène le pays".

Le Soir d'Algérie a mis en valeur les déclarations-phare des candidats, reprenant les propos de Abdelaziz Belaid qui a déclaré que "les 20 dernières années ont brisé l'Algérien", alors que Ablemadjid Tebboune a rassuré les habitants du Sud du pays en leur signifiant qu'il connait "parfaitement leurs problèmes" au moment où Azzedine Mihoubi a promis "une grande place pour l'Histoire à l'école et les médias", alors Ali Benflis a focalisé sur le procès des anciens hauts responsables du pays dans l'affaire de montage des véhicules en déclarant que "les procès en cours révèlent l'étendue du désastre".

La presse nationale a également repris de larges extraits du discours du Général de corps d'Armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire, qui a affirmé à partir d'Oran lors de sa visite à la 2ème Région militaire, que l'Algérie mérite, de la part de ses enfants, là où ils se trouvent, qu'ils demeurent la "forteresse impénétrable", soulignant que les élections présidentielles du 12 décembre seront "une fête électorale à travers laquelle se réalise la volonté populaire".

Les quotidiens paraissant ce samedi ont en outre commenté un autre événement qui retient l'intérêt des Algériens, à savoir d'anciens responsables et hommes d'affaires, à leur tête des deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, qui sont poursuivis pour "dilapidation des deniers publics, abus de fonction et octroi d'indus avantages à autrui" dans l'affaire relative au montage de véhicules.

En ce sens, El Moudjahid a consacré son éditorial à ce procès, soulignant que "c'est la première fois depuis l'indépendance que sont traduits devant le tribunal d'aussi hauts commis de l'Etat", ajoutant que "le procès auquel nous assistons est l'entame d'une ère nouvelle pour notre justice".

Le doyen des quotidiens nationaux a conclu son éditorial en faisant observer que "le message est clair pour tout le monde, à commencer par le futur président de la République qui devra oeuvrer à consolider les assises d'un Etat de droit, fondé sur un système judiciaire indépendant, équitable et transparent".

En dernier, la presse nationale a assuré une large couverture du 42ème vendredi du Hirak qui intervient à une semaine de l'élection présidentielle, relevant que des citoyens sont sortis à Alger et d'autres villes du pays, pour réitérer les revendications liées au changement, au départ de tous ses symboles de l'ancien système et au rejet de toute ingérence étrangère.

Ils ont aussi exprimé leur attachement au changement et à la préservation de l'unité nationale face aux tentatives de déstabilisation, est-il notamment noté dans les commentaires de la presse qui a salué la mobilisation des manifestants.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.