Cote d'Ivoire: Ouattara, le 3ème mandat et le risque du chaos

9 Décembre 2019
analyse

Partager

La présidentielle de 2020 en Côte d'Ivoire est partie pour un remake de celle de 2010. Et les hostilités sont lancées par le président sortant, Alassane Ouattara, qui déclare que si les Présidents Gbagbo et Bédié se présentent, il se lancera aussi dans la course.

Le président ivoirien, Alassane Ouattara sera candidat à la présidentielle de 2020 si Laurent Gbabgo et Henri-Konan Bédié le sont. Voilà ce que l'homme fort d'Abidjan a déclaré dans des propos rapportés par l'Agence France Presse (AFP). L'homme qui jurait ne faire que deux mandats dit cependant être dans des dispositions de transmettre le pouvoir à la nouvelle génération. Mais pose une condition : que ceux de sa génération ne soit pas candidat. Au cas contraire, il se lancera aussi dans la course.

Cette position d'une extrême gravité renseigne du rapport que beaucoup de chefs d'Etats africains ont avec le pouvoir. Pour le cas présent, ce n'est plus la Constitution qui normalise ou régule le nombre de mandat consécutifs à exercer, mais plutôt les humeurs du Prince qui se décidera en fonction de la position de ses adversaires.

Avec une telle prise de position, la Constitution ivoirienne ne vaut plus rien. C'est la volonté du Président qui prime. Pourtant, ce Président doit son accession au pouvoir au sacrifice de milliers de vies humaines. Des gens qui se sont sacrifiés pour lui, croyant qu'il va remettre le pays dans les rails et poser les bases d'une démocratie seine et transparente.

Justifier sa volonté de s'accrocher au pouvoir par la décision de Bédié et Gbabgo est une insulte aux Ivoiriens. Car le Président Ouattara avait une dizaine d'années pour préparer un dauphin. S'il n'a pas réussi à en avoir un dans son camp, c'est de sa faute. C'est un échec personnel qu'il doit assumer et se retirer.

Une volonté de s'accrocher au pouvoir

Aujourd'hui, il donne raison à ceux qui, lors de la révision constitutionnelle de 2016, le soupçonnaient de vouloir briguer un 3ème mandat. Mais il a toujours entretenu le flou sur ces intentions de manière volontaire, pour mieux flouer son peuple.

Mais le plus inquiétant pour les Ivoiriens, c'est que cette candidature qui s'annonce est sans conviction et n'est pas basée sur un projet de société. Mais plutôt, sur une volonté d'un homme, d'assouvir une revanche insensée sur ces prédécesseurs. Comme s'il n'avait rien retenu des 10 ans de guerre civile qu'a connu son pays.

La position d'Alassane Ouattara est d'autant inquiétante pour l'avenir du continent qu'il n'a pour repère la Constitution, mais sa génération. Cette nouvelle trouvaille de l'ancien parrain de la rébellion ivoirienne dont il s'est mis le dos Guillaume Soro, risque de replonger le pays de Félix Houphouët Boigny dans ses travers.

Correspondant à Paris

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.