Congo-Brazzaville: Vie associative - Des professionnels de médias envisagent de se constituer un réseau sur la démocratie au pays

Le coordonnateur de la campagne "Tournons la page", Brice Mackosso, et Christophe Mahoudagba Adjasoho, chargé de la communication au sein de la commission diocésaine justice et paix, ont animé un atelier, le 6 décembre à Pointe-Noire, dans l'objectif de mettre en place la plate-forme à l'orée de l'élection présidentielle de 2021.

Une vingtaine de journalistes des organes de presse écrite, de l'audio-visuel et du web ont participé à l'atelier sur la constitution d'un réseau des journalistes sur la démocratie au Congo. Brice Mackosso a indiqué, dans son exposé, que la campagne "Tournons la page" a été lancée officiellement le 7 juillet 2015 au Congo, huit mois après ses activités au niveau international. « "Tournons la page" est un mouvement citoyen international qui regroupe des membres de la société civile en Afrique et en Europe. Ce mouvement a débuté ses activités en octobre 2014 en lançant un appel pour la démocratie en Afrique, relayé par de nombreuses personnalités. Au Congo, il a été lancé dans un contexte politique dominé par le débat sur le changement de la Constitution du 20 janvier 2002 et s'est doté d'une coordination depuis juin 2019, assurée par la commission diocésaine justice et paix de Pointe-Noire », a-t-il expliqué.

Dans le cadre de son programme intérimaire 2018-2019, ce mouvement a constaté que le processus de démocratie au Congo ne fait pas l'objet d'un accompagnement médiatique consistant et conséquent, à cause de l'absence d'un réseau des blogueurs, des journalistes, bref des professionnels des médias et de la communication qui travaillent suffisamment sur la démocratie, au point d'impacter l'opinion publique dans le but de construire une citoyenneté active et responsable. De même, l'espace insignifiant du traitement des thématiques qui ont trait à la démocratie ou à la citoyenneté souvent fait par des généralistes et non pas des spécialistes. C'est, d'ailleurs, la raison pour laquelle "Tournons la page" a jugé important de mettre en place un réseau des journalistes pour l'alternance démocratique.

« Avec l'émergence des réseaux sociaux, l'on assiste à une nouvelle « race » des communicateurs dont la manière de traiter les informations n'est toujours pas de nature à rassurer un public averti. Des rumeurs infondées, des informations truquées et fausses (fake-news ) diffusées et relayées par les médias, surtout à l'orée de grands rendez-vous électoraux, la campagne "Tournons la page" considère que cette situation rend l'amélioration du traitement de l'information d'autant plus urgente, tant pour les professionnels des médias que pour la survie de la démocratie », a signifié le coordonnateur au Congo du mouvement "Tournons la page". D'après lui, le rôle des journalistes ou des communicateurs est important dans l'accompagnement de la population sur plusieurs aspects, notamment l'enrôlement des citoyens sur les listes électorales, l'évolution de la mentalité électorale sur le choix à faire, la forte participation des citoyens au scrutin, la prévention de la fraude électorale, le suivi et la couverture des activités des organisations de la société civile travaillant sur la question de la démocratie voire de l'alternance au pouvoir et la paix dans le pays.

Cette rencontre a également permis à Christophe Mahoudagba Adjasoho d'éclairer les journalistes sur l'importance et l'éfficacité du travail en réseau. Il a souligné que l'objectif de la campagne "Tournons la page" est de mobiliser les médias dans l'accompagnement du processus démocratique au Congo, à l'orée de l'élection présidentielle de 2021; de faire connaître cette campagne auprès des journalistes et professionnels de la communication; d'amener ces professionnels à prendre conscience et à circonscrire le rôle qu'ils peuvent jouer pour la réalisation de l'alternance démocratique apaisée en 2021 et encourager les journalistes à organiser le débat public sur la démocratie et le processus électoral.

Après avoir compris la force du travail en réseau et leur mission dans l'accompagnement du processus électoral, les vingt-cinq participants se sont accordés pour la création sous peu du réseau des journalistes. Cependant, le conférencier a assuré ces interlocuteurs que ce travail devrait se faire dans le professionnalisme, le respect de la déontologie et de l'éthique de la profession. « C'est la seule manière de se protéger », a-t-il indiqué.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.