Guinée Equatoriale: «Biens mal acquis» - Le procès en appel de Teodorin Obiang s'ouvre à Paris

TEODORIN OBIANG

Le procès en appel de Teodorin Obiang, fils du président de Guinée équatoriale et vice-président de ce pays, s'ouvre ce lundi 8 décembre à Paris. Reconnu coupable de blanchiment, notamment de corruption, il avait été condamné à trois ans de prison avec sursis, 30 millions d'euros d'amende avec sursis et la confiscation de ses biens, estimés à plus de 150 millions d'euros.

Le patrimoine considérable et le train de vie fastueux de Teodorin Obiang en France sont au cœur de ce procès. Parmi la longue liste dressée par les juges d'instruction, de nombreuses voitures de luxe, des caisses de grands vins, des montres d'exception et surtout, un immeuble de 4 000 m2 dans le très chic XVIe arrondissement de Paris, estimé à 107 millions d'euros.

À l'intérieur, des objets d'art, des robinets en or mais aussi un salon de coiffure et une discothèque. Or l'achat de ces biens n'a pu être financé par les seuls revenus officiels de Teodorin Obiang avaient souligné les enquêteurs.

Ils avaient notamment relevé qu'entre 2004 et 2011, près de 110 millions d'euros provenant du Trésor public de son pays avaient crédité son compte personnel. Et que certains achats avaient été réglés par des entreprises équato-guinéennes comme Somagui Forestal, une société d'exploitation forestière qui était sous son contrôle quand il était ministre des forets.

« Teodorin Obiang a toujours dit qu'il a gagné légalement son argent dans son pays. Il est innocent » avaient souligné son avocat lors du premier procès, sans convaincre, puisque le tribunal l'avait reconnu coupable de blanchiment, notamment de corruption et de détournements de fonds publics.

La cour d'appel va-t-elle confirmer ou non ce premier jugement, inédit dans une affaire de biens mal acquis ? Ce nouveau bras de fer judiciaire devrait en tous cas se jouer sans Téodorin Obiang, qui n'avait jamais comparu en première instance.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.