Congo-Kinshasa: L'UE devrait renouveler les sanctions contre des personnalités de RDC, sauf deux

Ce lundi 9 décembre, l'Union européenne devrait renouveler les sanctions contre des personnalités de RDC. Le président Felix Tshisekedi avait demandé un allègement de ces sanctions qui visent des proches de son partenaire au sein de la coalition gouvernementale, Joseph Kabila. Sur la liste, il y avait quatorze noms. Selon les informations recueillies par RFI, les sanctions devraient être maintenues pour l'essentiel de ces noms, à l'exception de deux.

Après des semaines de discussions, les États membres se sont mis d'accord sur 12 noms. 12 qui sont dans leur grande majorité des militaires soupçonnés par l'UE d'avoir commis de graves violations des droits de l'homme. La levée des sanctions ne serait pas justifiée, selon une source diplomatique européenne. Les enquêtes réclamées par le Conseil des affaires étrangères de l'UE n'ont pas été menées.

En revanche, selon plusieurs sources, pour deux autres personnalités, une levée des sanctions devrait être annoncée. Lambert Mende, porte-parole des derniers gouvernements Kabila et Roger Kibelisa, ancien responsable de la sécurité intérieure de la très redoutée Agence nationale des renseignements. Motif avancé : ils avaient été sanctionnés pour avoir « fait obstacle à une sortie de crise pacifique et consensuelle en vue de la tenue d'élections en RDC ». Les élections ayant eu lieu, ce motif ne tiendrait plus.

Pour un défenseur des droits de l'homme, cette levée partielle des sanctions est le résultat de pressions de certains États membres, notamment de la France et de la Belgique.

Parmi les personnalités jusqu'ici sanctionnées, l'ancien ministre de la Communication, Lambert Mende, assure que quelle que soit l'issue du conseil des affaires étrangères, il continuera de dénoncer les « ingérences étrangères dans les affaires congolaises ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.