Algérie: Plus de 700 start-up activent dans le secteur du tourisme

ALGER-Plus de 700 start-up activent actuellement dans le secteur du tourisme et y participent énergiquement à la création d'emplois et de richesse, a indiqué samedi à Alger le ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Abdelkader Benmessaoud.

"Le Gouvernement est déterminé à promouvoir l'intégration des start-up dans le secteur économique en général et dans le tourisme en particulier, car il s'agit d'entreprises innovantes créatrices de croissance", a déclaré le ministre lors d'une rencontre nationale sur le rôle des start-up dans le secteur.

Il a souligné qu'un décret exécutif, adopté récemment par le Gouvernement, "permettra d'encourager et d'accompagner davantage les start-up, appelées, plus que jamais, à occuper une position importante dans le développement et la diversification de l'économie nationale".

Lors de cette rencontre, à laquelle ont pris part quelques 250 start-up algériennes, les jeunes trepreneurs ainsi que les universitaires présents ont estimé "nécessaire" l'élaboration d'un nouveau cadre législatif et réglementaire définissant clairement le statut des start-up en Algérie.

"Si une start-up va à la banque pour avoir un crédit ou veut bénéficier d'avantages fiscaux, il faut d'abord qu'elle justifie son statut, or, il n y a aucun cadre qui définit les critères d'un tel statut", a-t-il soutenu.

Il a fait remarquer, à cet égard, qu'une agence de voyage, par exemple, n'est pas considérée systématiquement comme une start-up, mais, si la même agence se lance dans des solutions numériques innovantes et arrive à promouvoir la destination Algérie, elle peut alors réclamer ce statut et bénéficier des avantages fiscaux prévus.

"Pour prouver qu'elle est une start-up, l'entreprise doit se référer à un texte qui n'existe pas pour le moment", a-t-il encore expliqué.

Dans une déclaration à l'APS en marge de cette rencontre, M. Benmessaoud assuré que les start-up "ne rencontrent aujourd'hui aucune entrave d'ordre législatif ou réglementaire et n'ont pas besoin de nouvelles loi pour évoluer".

A noter que la loi de finances de 2020 a introduit de nouvelles mesures portant sur l'exonération des start-up et des investissements des jeunes porteurs de projets des différents impôts et taxes.

La loi a également mis en place des mesures incitatives à même de faciliter à ces entreprises l'accès au foncier aux fins d'extension de leurs projets.

Le premier ministre, Noureddine Bedoui, avait fait part récemment de mesures pour faciliter l'inscription des start-up au registre de commerce, outre leur dispense de disposer d'un local.

La mise en place d'un cadre réglementaire et législatif définissant les statuts des start-up et d'un écosystème adéquat, la simplification d'accès à la commande publique, l'incitation des opérateurs publics et privés à recourir aux solutions innovantes crées par ces entreprises ainsi que la promotion du rôle des incubateurs au niveau du système intégré des start-up, notamment au niveau des universités, des entreprises et des banques ont été les principales recommandations dans ce sens.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.