Ile Maurice: Whatsapp et Viber - des arnaqueurs sévissent

8 Décembre 2019

Des appels et messages via WhatsApp et Viber. Ou encore des e-mails pour demander mot de passe, identifiant et code de cartes bancaires. Les clients de la State Bank of Mauritius et de la Mauritius Commercial Bank sont dans le viseur d'arnaqueurs.

Les deux banques ont été alertées par des clients qui ont reçu des messages les informant qu'ils avaient été tirés au sort pour un prix. Les arnaqueurs se présentent comme des agents de ces banques et réclament le numéro de carte identité des clients et le code de leurs cartes bancaires. Selon toute indication, ce sont des messages frauduleux visant à subtiliser les codes pour ensuite vider les comptes et détourner de l'argent.

Ce nouveau stratagème vise à se faire passer pour ces institutions afin de paraître crédible. Toutefois, cette technique convainc très peu d'utilisateurs, qui sont pour la plupart bien conscients des messages non sollicités. D'autant plus que les banques ne transmettent jamais d'informations à leurs clients via WhatsApp ou Viber. Selon l'African Cybersecurity Research Report, un habitant sur deux dans six pays africains, dont Maurice, ne tombe pas dans ce piège. Pour Anna Collard, Managing Director de Popcorn Training et auteur du rapport, l'éducation doit être la priorité.

L'experte, qui a rencontré la presse jeudi, soutient que ce sont surtout de nouveaux utilisateurs d'Internet qui tombent dans le piège. Anna Collard soutient toutefois que les institutions doivent faire une campagne agressive contre ces menaces sur Internet.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.