Congo-Kinshasa: Une fin d'année agitée

8 Décembre 2019

L'incertitude gagne les Congolais en général et les Kinois en particulier en cette fin d'année qui, de coutume, est un moment de réjouissances et de fêtes. Et pour cause ? Le roi dollar flambe sur le marché de changes depuis un mois sans que le gouvernement, ni la Banque centrale du Congo ne puissent réagir.

Une situation qui angoisse davantage les Kinois habitués à passer avec faste les festivités de fin d'année. Un dollar cher sur le marché, c'est synonyme de hausse des prix des biens et services de grande consommation. Et donc, le pouvoir d'achat des Congolais risque d'être rogné en cas de hausse des prix sur le marché durant cette période de fêtes.

Certes, la Banque centrale du Congo a rassuré vendredi, à l'issue de sa réunion ordinaire du Comité de politique monétaire, que la volatilité du franc congolais observée ces dernières semaines est sans risque d'impacter la stabilité du cadre macroéconomique. Cependant, l'autorité monétaire a toutefois fois reconnu que les facteurs de risque sont toujours présents sur le marché.

A chaque fin de l'année, la demande des biens de grande consommation est forte sur le marché. Dès lors, la dépréciation de la monnaie nationale face au dollar américain peut causer la hausse des prix des produits sur le marché, surtout chez des commerçants véreux.

Notons que la RDC dépense annuellement 2 milliards USD pour importer des produits alimentaires. Ce qui nécessite un besoin en devises pour acheter ces biens de consommation sur le marché international.

Il appartient donc au gouvernement, à travers son ministère de l'Economie, de veiller au respect de la structure des prix sur le marché en cette période cruciale pour s'assurer que les Congolais achètent à juste prix, d'une part et d'autre part, la Banque centrale du Congo, autorité monétaire, doit user de ses instruments pour réguler le marché de changes de manière à juguler les pressions inflationnistes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.