Congo-Kinshasa: La situation excédentaire des opérations financières en novembre 2019 conforte la BCC

9 Décembre 2019

A l'issue d'une réunion du Comité de politique monétaire (CPM) tenue le vendredi 6 décembre à Kinshasa, la Banque centrale du Congo (BCC) indique que les finances publiques de la RDC se portent bien, compte tenu des indicateurs en présence et après analyse de la conjoncture économique, monétaire et financière à fin novembre 2019, tant sur le plan interne qu'externe.

Dans un communiqué rendu public à l'issue de la réunion, la BCC indique qu'en «examinant la situation des finances publiques, la clôture des opérations financières de l'Etat du mois de novembre 2019 affiche un excédent de 112,51 milliards de CDF, résultant des recettes de 680,02 milliards de CDF et des dépenses de 567,51 milliards ». En cumul annuel par contre, l'Institut d'émission annonce que le Compte général du Trésor a réalisé un déficit de 480,35 milliards de CDF.

A l'examen de la situation économico-financière du pays, les membres du CPM ont noté, entre autres, la poursuite du ralentissement de la croissance économique sur fond d'apparition des signes de tensions perceptibles tant sur le marché des biens et services que sur celui des changes. Les estimations de la production, au troisième trimestre 2019, indiquent une croissance de 4,6% contre une réalisation de 5,8% en 2018.

Bien que moins dynamique par rapport à l'année 2018, les experts de la BCC notent que la croissance de l'économie nationale demeure vigoureuse, dépassant la moyenne des pays de l'Afrique subsaharienne estimée à 3,2%, suivant les perspectives économiques régionales d'octobre dernier publiées par le Fonds monétaire international (FMI).

Concernant les prix à la consommation, la BCC indique, qu'en dépit de légères poussées enregistrées au courant du mois de novembre sous examen, le CPM s'est toutefois félicité de la poursuite de la stabilité sur le marché des biens et services. L'inflation, en terme mensuel, s'est située à 0,395% contre 0,429% un mois auparavant. Une situation qui a porté l'inflation en cumul annuel, à 3,970% et à 4,483% en glissement annuel, en deçà de l'objectif de 7,0% à moyen terme.

Situation peu inquiétante

Sur le marché des changes, il a été noté une apparition des tensions sur les deux segments. En effet, à la fin du mois de novembre 2019, le cours indicatif s'est situé à 1.663,89 CDF le dollar américain et le cours parallèle à 1. 717,50 CDF, soit des dépréciations respectives mensuelles de 0,57% et 1,80%.

En moyenne mensuelle, le taux de change au mois de novembre s'est situé à 1.658,77 CDF le dollar à l'interbancaire et à 1.703,81 CDF au parallèle contre 1.654,01 CDF et 1.684,91 CDF au mois d'octobre 2019.

Quant au budget en devises, son exécution, à la faveur de l'échéance fiscale du mois de novembre, a permis une accumulation nette de devises de 19,07 millions de USD, portant les réserves de change à 873,388 de USD, soit 3 semaines et 3 jours d'importations des biens et services sur ressources propres.

Concernant le marché monétaire, la situation monétaire renseigne un fléchissement mensuel de la base monétaire de 13,0 milliards de CDF, la situant à 3.127,2 milliards. Cette diminution provient de la baisse des avoirs intérieurs nets de 11,0 milliards et des avoirs extérieurs nets de 2,1 milliards de CDF. L'encours du Bon BCC s'est établi à 55,0 milliards de CDF, dégageant une ponction annuelle de 12,5 milliards.

A l'issue de toutes ces analyses et après examen des facteurs tant internes qu'externes pouvant affecter négativement la stabilité du cadre macroéconomique, le CPM a décidé de maintenir inchangé les dispositifs actuels de sa politique monétaire. Ainsi, le taux directeur demeure à 9,0%. Les coefficients de la réserve obligatoire sur les dépôts en devises à vue et à terme sont maintenus respectivement à 13,0% et 12,0% et ceux pour les dépôts en monnaie nationale à vue et à terme à 2,0% et 0%. Le Bon BCC continuera à être utilisé pour réguler la liquidité.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.